© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 23 août 2013

Un ancien article sur Daniel Wagnon, directeur du Sully de Béthune

Retrouvé sur le site internet de la Voix du Nord, voici un article publié le 3 novembre 2010 consacré au décès de Daniel Wagnon, dernier directeur du Sully de Béthune dont nous avons évoqué le souvenir sur ce blog récemment... 
Voici donc l'article signé Christian Larivière et il est accompagné de la photo illustrant l'article... Chose étonnante, il ne s'agit nullement d'une photo de ce directeur, mais de l'affluence à l'entrée du Sully...
Si quelqu'un de la famille de Daniel Wagnon pouvait me contacter afin que son portrait soit approfondi sur ce blog, qu'il n'hésite pas... et pour toutes les autres personnes liées au cinéma dans la région.



Ce matin, à l'église Saint-Vaast, ce sera la dernière séquence pour Daniel Wagnon. On y célèbre les funérailles de l'ancien directeur du Sully disparu six ans après avoir mis la clé sous la porte du dernier cinéma de Béthune.

Depuis son décès survenu dimanche à Lille, à l'âge de 72 ans, sa dépouille reposait dans un salon funéraire de la rue Saint-Pry. À quelques dizaines de mètres de la friche du Familia, le premier cinéma qu'il avait exploité à Béthune et dont la démolition a laissé une dent creuse entre la Pataterie et Il Pozzallo. « Mon père a consacré toute sa vie au cinéma. C'était son métier et aussi sa passion », résumait hier Véronique, sa cadette, qui s'est fixée en Bretagne. Comme sa soeur aînée Patricia, déléguée médicale à Lille, elle a passé son adolescence à vendre des esquimaux et à placer des spectateurs mais a renoncé à une profession dans laquelle ses grands-parents, déjà, s'étaient illustrés. Ils tenaient le Casino à Bruay.
Fasciné par le projecteur dès l'enfance, Daniel Wagnon est resté fidèle au septième art toute sa vie et n'a raté presqu'aucun film à l'affiche. « Depuis qu'il était en retraite, il passait son temps devant la télévision, pour les films et pour le sport », raconte sa fille.
Après avoir géré le Cantin à Lens, il avait pris la direction du Sully, héritier du vieux Caméo, une salle du boulevard Poincaré qui avait présenté des spectacles de music-hall dans les années cinquante et au début des années soixante alors que le théâtre municipal ne s'était pas encore relevé des bombardements. Sylvie Vartan y était passée en vedette américaine de Richard Antony.
Quand Daniel Wagnon est arrivé au Sully, en 1986, la fréquentation tournait autour de 400 000 spectateurs par an. Au tournant du millénaire, sur le contrecoup de l'ouverture du Kinepolis à Lomme puis du Méga CGR à Bruay, elle était tombée à 200 000. Les huit salles vétustes mais pleines de souvenirs gardaient leurs fidèles : pas suffisamment pour faire la soudure jusqu'à la construction d'un cinéma neuf que l'on disait alors imminente dans le quartier de la gare rénové. En septembre 2004, alors que Le Sully affichait La Mort dans la peau, ses cinq salariés recevaient leur lettre de licenciement. Six ans plus tard, Béthune n'a toujours pas de cinéma, le projet immobilier à l'angle du boulevard Poincaré et de la rue Prévost est en panne et le dernier directeur est porté en terre. •
Funérailles aujourd'hui à 11 h 15 en l'église Saint-Vaast.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire