© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

samedi 17 novembre 2012

Hommage à Mme Veuve Lampaert, résistante et directrice de cinéma

Mme Lampaert recevant certainement la Légion d'Honneur en compagnie du Préfet

Route d'Harnes, à Montigny-en-Gohelle près de Hénin-Beaumont.
Une vaste cité minière dénommée la cité de la Plaine, des corons dans un quartier qui a pris son plein essor avec l'extraction du charbon. Un nouveau quartier éloigné du centre-ville se développe et avec lui des commerces pour les familles de mineurs. Les estaminets, les épiceries,... et le marchand de cycles car c'est là (et on ne sait par pourquoi...) que le belge Gustave Lampaert a choisi de s'installer après une belle petite carrière de champion cycliste en Belgique. Il monte un petit commerce de réparations de vélos, de vente... Notre homme est né en 1902. Il est marié à Marie-Léontine Prévost, également née en 1902, a un garçon prénommé aussi Gustave et s'installe dans le bassin minier, à Montigny, à une date inconnue entre les deux guerres mondiales... 
1940 : l'invasion allemande. Gustave, à une date inconnue, entre dans la résistance au sein du réseau "Voix du Nord". Il cache notamment des armes issues de la débâcle de 1940 sous la cuisine de son habitation où il a creusé une petite cachette pour approvisionner les résistants. Son épouse participe à ses activités : elle nettoie, graisse et entretient les armes. Le mercredi 15 mars 1944, sur dénonciation, la maison des Lampaert est cernée par les soldats allemands. Arrêté dans son jardin, Gustave est ramené dans sa cuisine où se trouvent sa femme et son fils, alors âgé de 19 ans. Comprenant que pour lui tout est fini, que les allemands savent tout, Gustave réussit à s'emparer d'un couteau avec lequel il porte un coup mortel à la gorge d'un soldat et un second coup dans la poitrine d'un autre. Une rafale de mitraillette l'abat froidement devant les yeux de sa petite famille. Sa femme et son fils sont alors arrêtés  conduits à Lille dans les salles de torture de la Gestapo. Le fils est mis au supplice devant sa mère. Ils seront tous les deux déportés en Allemagne.
Mai 1945, Mme Lampaert et son fils Gustave, invalide, peut-être à cause des tortures, mais cela n'est pas sur, reviennent de l'enfer et s'installent de nouveau à Montigny pour reprendre leur commerce. Abandonnant probablement le vélo - mais ce n'est pas sur - ils profitent de l'immense atelier dorénavant vide et mitoyen de leur logement pour créer le "Cinéma Lampaert" ! Hélas, sans grand succès... Le cinéma tourne un temps mais rapidement (malheureusement, je ne connais ni la date d'ouverture, ni la date de fermeture. Mais en 1950, d'après l'unique exemplaire Bellaye en ma possession, il n'est pas encore inscrit. Il n'y a alors que deux cinémas à Montigny : le Familial, la salle du curé déjà évoqué sur ce blog et le cinéma Français, déjà évoqué aussi mais dont nous reparlerons prochainement). 
La Route de Harnes à Montigny, en 1910. Au bout de cette rue, bien visible à droite, le hangar de ce qui semble être le futur atelier de vélos et futur cinéma Lampaert après la seconde guerre mondiale.
Pour ses faits de résistance, pour sa bravoure et son courage, Marie-Léontine Lampaert, directrice de cinéma, va recevoir de nombreuses distinctions et décorations : Chevalier de la Légion d'Honneur, très certainement en 1961, Médaille Militaire, Croix de guerre avec Palmes, Médaille de la Libération, Croix du Combattant Résistant Volontaire, Croix du Prisonnier Politique deux Etoiles, Diplôme du Président Eisenhower, Certificat air chief marshal Commandant suprême pour assistance aux soldats et aviateurs anglais...
Madame Lampaert décède le mardi 4 septembre 1984. Seule, n'ayant aucun membre de sa famille (son fils Gustave décède en 1978 ), ses funérailles ont lieu à Montigny le 7 septembre. Elle est inhumée dans cette commune. L'ensemble de ses décorations ont été remises par jules tournois et Pierre Defives, à la commune de Montigny et au musée municipal afin que la mémoire de Mme Lampaert soit entretenue et que ses actions, avec celles de son mari et de son fils soient perpétuées pour les générations futures.

Un grand merci à l'Association historique de Montigny-en-Gohelle, à son musée municipale et à son responsable, Philippe Rulkin, et aussi à Mr Pierre Defives pour ses souvenirs et ses connaissances sur cette époque !

 Jours et heures d’ouverture du Musée de Montigny : 
Les 1er et 3ème lundis de chaque mois pour le dépôt de documents et d’objets.
Les 1er et 3ème samedis de chaque mois pour la visite du Musée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire