© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 23 novembre 2012

Deux cinémas en plein lifting

Deux articles de La Voix du nord nous annonce pour cette fin d'année, des changements complets dans deux multiplexes de la région : l'ancien AMC de Dunkerque devenu O'Ciné depuis quelques mois et le Majestic de Douai.

Voici en intégralité les deux articles sur ces cinémas, le premier signé par Bruno Verheyde sur le Ociné dunkerquois et le suivant sur le Majestic de Françoise Tourbe : 


Pascal Virot, directeur du OCiné dunkerquois
Comme dans un bon vieux film de guerre, les plans sont posés sur la table. Détaillant avec précision les manoeuvres... pacifiques, Pascal Virot, directeur d'Ociné Dunkerque a devant lui le programme de réhabilitation du complexe cinématographique dunkerquois. Ces plans, il les regarde avec gourmandise, attendant avec impatience (tout comme les cinéphiles dunkerquois) le lifting attendu depuis le départ d'AMC et la reprise par Ociné en décembre dernier. Depuis onze mois et le départ de l'exploitant américain, l'enseigne n'a toujours pas été changée.
Une décision assumée par les nouveaux propriétaires. « Une enseigne c'est une signature, explique Pascal Virot, le directeur de l'établissement. Nous sommes dans nos murs mais nous ne nous sentons pas encore chez nous car la rénovation n'est pas achevée. Visuellement il y a encore beaucoup à faire même si les investissements ont déjà été très importants. Nous avons fait venir le numérique, la 3D, changé les écrans, réhabilité le système de climatisation, revu les évacuations, mis en place une politique commerciale beaucoup plus dynamique.
L'une des initiatives récentes, la mise en place de séances matinales chaque dimanche et lors des vacances scolaires (à 11 h) à un tarif de 5,50 E, a connu un gros succès. Pour la première, le 7 octobre, une cinquantaine de spectateurs avaient répondu à l'appel. Ils furent 75 la semaine suivante et une centaine huit jours plus tard. Dimanche dernier, ils étaient 188 ! « C'est un véritable succès. Je savais que ça pouvait marcher car j'avais déjà expérimenté ces séances dominicales dans d'autres complexes. » Autres nouveautés commerciales mises sur pied depuis une semaine : la création d'une carte d'abonnement (lire ci-dessous) et la possibilité d'effectuer les réservations par Internet. Afin d'inciter les clients à acheter leur billet via le Net (et ainsi leur éviter les files d'attente), Ociné leur offre un tarif préférentiel de 6,50 E jusqu'au 11 décembre pour tout achat effectué en ligne.
« Sur le site, les gens peuvent également avoir accès à toute l'actualité cimématographique, se tenir au courant des avant-premières, des sorties futures... » Reste désormais à soigner l'emballage. C'est ce qui devrait être fait dans les prochains mois. « Les plans sont là, le choix des matériaux est en cours et nous sommes en contact avec les entreprises. Nous nous penchons quotidiennement sur le sujet. La revendication principale des clients concerne l'état des toilettes. Je les comprends. Les évacuations ont été révisées et la décoration sera prochainement refaite. Parallèlement, nous nous attelerons à la rénovation des salles. » Une fois les travaux achevés, il sera alors temps de poser sa signature en lettres lumineuses au fronton du Pôle Marine. •



Voici Douai : 
Façade du Majestic
Les travaux qui commencent la semaine prochaine dureront près d'une année pour un investissement de trois millions d'années.  Moquettes cracras, fauteuils lacérés, ambiances tristounettes, portes de salles bruyantes... Le Majestic, qui n'a pourtant qu'une douzaine d'années, a mal - voire très mal - vieilli. Et encore ne parle-t-on pas ici de ce qui ne se voit pas : toiture, chauffage, électricité... le tout en triste état. En cause des malfaçons à la construction et, pour Jean-Claude Tupin, PDG du groupe Majestic, une gestion pour le moins approximative jusqu'à ce qu'il rachète le multiplex, en 2003. « Pour les malfaçons, nous avons engagé une procédure judiciaire contre les entreprises qui ont mal fait leur travail.
Cela prend un temps fou... Et tant que toutes les expertises n'étaient pas complètes, nous ne pouvions pas commencer les travaux. Mais, cette fois, nos dossiers sont bouclés et nous allons lancer la rénovation de ce cinéma, sans attendre le résultat de notre action en justice. Par respect du public...  » La cure de jouvence commencera la semaine prochaine par la toiture et le chauffage, ce qui sera donc sans incidence sur le fonctionnement du cinéma : « Mais de toute manière, même lorsque nous en serons à la réfection des salles, nous ne fermerons pas », souligne Virginie Henniquaux, la directrice du Majectic Douai. Par la même occasion, l'agencement des caisses sera repensé, un comptoir confiserie sera créé dans le hall, les toilettes seront entièrement réaménagées : « C'est bien simple, on refait tout », résume Virginie Henniquaut.
La seule chose qui ne changera pas, finalement, au Majestic, c'est la technique : « En neuf ans, nous avons renouvelé tout le matériel de projection, martèle Jean-Claude Tupin. Nous sommes, de ce point de vue, très en avance. Nous avons des projecteur numériques dans nos dix salles, avec 3D active. » Pour penser les espaces, choisir les matériaux, associer les couleurs, un agenceur, sorte de super décorateur d'intérieur, sera sollicité. Ce qui n'empêche pas Jean-Claude Tupin et Virginie Henniquaux de rêver : « Moi, j'ai envie d'une esthétique industrielle, avec du métal. Quelque chose de classe... », suggère-t-il. « Code couleur », ambiances « chaleureuses et feutrées », répond-elle... Mais pour profiter de tout cela, le public devra attendre puisque la décoration des salles, et le renouvellement des fauteuils n'interviendront qu'à la fin des travaux.
Quant à Jean-Claude Tupin, il a encore un rêve : que ce soit Dany Boon qui viennent couper le ruban inaugural. Mais là, c'est avec l'agenda du Ch'ti le plus connu du monde qu'il faudra compter.  

1 commentaire:

  1. 06/03/2013 : Il devient urgent de rénover Ociné Dunkerque et entretenir l'intérieur ! Wc impraticables, urinoirs bouchés, moquette crasseuse, odeurs d'égouts dans les couloirs, plus de musique d'attente dans les salles, peu ou pas d'éclairage d'attente en salle, éclairage réduit dans les couloirs, sièges et sols sales en salles, balisage des escaliers défaillant,..... Heureusement il a les films pour oublier environnement.

    RépondreSupprimer