© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

mercredi 12 septembre 2012

Le tournage du nouveau film de C. Cornillac dans la région


La grande caravane de tournage du film "La Grande Boucle" a posé ses caméras dans notre région à la fin du mois d'août. Film publicitaire pour le centenaire du tour de France l'année prochaine, le film devrait sortir en juin prochain. Mais c'est aussi un film "de rédemption" puisque l'histoire narre l'aventure de François, français moyen - donc passionné par les exploits mythiques de la petite reine et de son tour de l'hexagone -, qui se retrouve coup sur coup licencié (les affres de la France d'aujourd'hui) et quitté par son épouse (ici, le lien sociétal est évident : la crise économique et ses conséquences dans le bouleversement de la structure familiale). Face à cette difficile double épreuve, François (Clovis Cornillac, vous l'aurez reconnu, pour son second tournage (de mémoire) dans le Nord après Karnaval) n'a pour seule échappatoire que le tour et son cortège d'ours en peluche, véhicules publicitaires, bisous à la miss locale, l'hélicoptère de France 2 et, telle Alice et son miroir, passer ainsi de devant son écran de télévision à derrière en enfourchant son vélo. Mais François n'est pas pro et décide donc de faire l'intégralité de la Grande boucle avec un jour d'avance sur le peloton et ses pros. Nouveau gourou, d'autres personnages vont le rejoindre, se greffer à son projet (une image des valeurs et de la France d'aujourd'hui...), un peu comme dans "Forrest Gump" quand le héros se met à faire du jogging, souvenez-vous.... La rumeur de son exploit se répand, interessant bien sur les médias (sans qui, on est rien...), faisant de François la nouvelle vedette aux valeurs seines face aux véritables coureurs entièrement bariolés de leurs sponsors... Pour le bien de l'épreuve, faut-il stoppé françois ? Va-t-il reconquérir son épouse et un job ? Réponses dans quelques mois. En attendant, toute l'équipe parcourt les régions de France et, tel un condensé du journal de TF1 de Jean-Pierre Pernaud, filme départs et arrivées de François dans des paysages typiques de nos belles provinces, ainsi que quelques séquences de Clovis Cornillac suant sur nos départementales. Comme pour le véritable tour, il est certain que les images filmées de la région seront placés au début du film (si toutefois ces images soient bien dans le film et non dans les bonus DVD, les séquences coupées au montage, etc... ). Que peut-on voir de la région dans ce film à venir ? Que doit-on montrer du Nord-Pas-de-Calais dans un tel film ? Le réalisateur, Laurent Tuel, à qui on doit le nanar "Jean-Philippe" en 2005 (souvenez-vous, un monde sans Johnny Hallyday... mais avec F. Lucchini, snif...) a choisi Saint-Omer pour une scène d'arrivée, Béthune pour la ville de départ et le site des Caps pour - certainement - les scènes de vélo. L'ensemble de ces scènes "nordistes" ne doit certainement pas dépasser les trois minutes. Puisque François, alias Cornillac, arrive la veille de l'arrivée officielle, personne ne l'accueille et il ne voit de la ville que les préparatifs pour l'extraordinaire journée du lendemain. Ainsi à Saint-Omer, l'arrivée de François se fait alors que les majorettes répètent, ainsi que la fanfare locale, interprétée à Saint-Omer par l'orchestre municipale de... Watten ! L'explication vient du fait que le costume de l'orphéon de Watten est plus typique que l'équivalent audomarois. autre jour de tournage, cette fois à Béthune qui devient ainsi la ville de départ de François, la veille, vous l'aurez compris, du véritable départ du peloton.
Faudra-t-il classer ce film parmi ceux tournés dans la région ? Assurément oui puisque resteront gravés des images de notre région également vus par de nombreux français (sans compter l'exportation d'un tel film qui proposera ainsi un agréable accompagnement à toutes les campagnes de promotion de l'office de tourisme de notre hexagone...). mais est-il véritablement un film "régional" - je veux dire par là dans la veine de Bienvenue chez les Ch'ti, Passe ton bac d'abord, Germinal, La vie est un long fleuve tranquille, etc...? Assurément, non ! Le Nord n'y sera représenté que 3 petites minutes (on verra bien...). Mais ne boudons tout de même pas notre plaisir, l'essentiel est que Laurent Tuel a tout de même pensé au Nord-Pas-de-Calais pour son ode au tour de France et c'est déjà formidable !

Légende : deux photos du tournage à Saint-Omer, place de la Ghière, issues de l'hebdomadaire local : L'Indépendant.

Si vous avez participé au tournage, si vous avez des souvenirs, d'autres photos à proposez, n'hésitez pas à me contacter !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire