© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 24 février 2012

De nouveaux documents photos sur le Rex de Sin le noble

Un de nos lecteurs, Arossito nous transmet des clichés concernant le cinéma Rex
Un grand merci à lui pour ces clichés et pour les souvenirs ci dessous puisque Arossito a travaillé dans cette salle aujourd'hui disparue.
Je lui laisse la parole : " j'ai bien connu le Rex et ses exploitants MM Lefebvre père et fils. J'ai été projectionniste durant quelques temps en particulier avec Bernard, le fils de M. Lefebvre, l'exploitant, avec son éternelle "Boyard maïs" à la bouche. Il était électricien de profession. Je me souviens qu'on allait aller chercher les copies à Lille en ramenant celles qui avaient été diffusées la semaine précédente, les affichages avec la colle à papier peint pour l'extérieur. Je me souviens même avoir "dessiné" une affiche pour un film X pour lequel il n'y en avait plus (pratique, il suffisait d'écrire le titre en grand, quelques mentions type Film interdit au moins de 18 ans, quelques coups de markers pour occuper les espaces et hop c'était fait) et je me souviens même du titre : L'Hôtesse Voyage sans Slip (soft allemand caviardé d'inserts hard par le distributeur français). Je me souviens que Bernard me disait que le curé rallait un peu avec ce type de films (la cinéma appartenait à la paroisse) dès que les visuels étaient trop suggestifs et qu'il avait été convenu de ne pas mettre d'affiches de ce type à l'endroit qui se trouvait contre l'église (un des 3 affichages extérieurs). Je me souviens également aux grandes heures de la folie Bruce Lee, des crises de nerfs que l'on piquait à cause de copies dont le précédent exploitant avait tiré pas mal de coupe pour faire des diapos et donc des bobines qui cassaient sans cesse et les intrerruptions qui allaient avec. Je me souviens de la salle comble (Bruce Lee, La Fièvre du Samedi Soir, Grease avec des gens debouts car plus de places assises) ainsi que de séances pour 2 personnes mais qu'on ne voulait pas décevoir. J'ai beaucoup aimé cet endroit, j'y ai passé beaucoup de temps (déjà en tant que spectateur au moins une fois par semaine - j'ai eu la chance d'avoir des parents très compréhensifs sur ce sujet) puis en tant qu'opérateur.
Je faisais ça tout en étant au collège puis au lycée, après les cours. Au delà des séances, après avoir été chercher les bobines, nous les contrôlions sur leur longueur en les déroulant à la manivelle tout en la faisant passer entre les doigts afin de détecter les cassures sur les bords (avec parfois les petites coupures qui vont avec). Après ces contrôles, nous préparions les projecteurs avec les bons objectifs (scope, vista...) pour que le jour des séances tout soit prêts et que nous ayons un minimum de surprises. Il fallait aussi changer les affichages sur les panneaux, affiches collées à l'extérieur à la colle à papier peint, photos et affichettes à l'intérieur et d'autres affiches pour les programmes à venir dans le couloir qui longeait la salle.
Après les séances, il fallait contrôler la salle, nettoyer (un coup de balai pour les emballages de bonbons, les tickets jonchant le sol. Nous n'étions que 2, pas de service de nettoyage, d'ouvreuse...)
Bref tout ça pour dire que cela ne se limitait pas aux séances. D'ailleurs, je n'assurais pas les 4 séances tous les week end, du moins pas toujours. "

Un grand merci à Arossito pour ces souvenirs et ces clcihés.
Prochainement, des vues de la destruction de cette salle, toujours grâce à l'ami Arossito !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire