© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

jeudi 28 octobre 2010

"Le corps de mon ennemi", le Nord pour vengeance...

En 1975, dix ans après "Week-end à Zuydcoote", Henri Verneuil et Jean-Paul Belmondo reviennent dans le Nord et tournent à Lille et dans la Métropole "Le Corps de mon ennemi". C'est l'ambiance, les murs de brique, une ville industrielle qu'est venu chercher à Lille le réalisateur. En effet, Lille n'est absolument pas mentionnée.
François Leclerc (Jean-Paul Belmondo), après avoir purgé une peine de sept ans de réclusion pour un double meurtre qu'il n'a pas commis, revient dans la ville de Cournai, afin de revenir sur son parcours et de trouver la clé de l'énigme...
Le cadre de l'action, Cournai est une ville imaginaire, contraction des deux villes belges limitrophes : Courtrai et Tournai.

Voici ce qu'évoque l'encyclopédie Wikipédia sur ce tournage : Ce film a été entièrement tourné dans la métropole lilloise.

De nombreux sites sont toujours reconnaissables aujourd'hui, comme l'emplacement du Diplodocus, dans le film. Un énorme trou dans le sol. Cet énorme trou rempli d'eau était le chantier d'un complexe immobilier occupé aujourd'hui par des bureaux, des commerces et le Palais du Nouveau Siècle et du parking qui se trouve en son sous-sol, dans le Vieux-Lille. Pour l'anecdote, on l'appelait « le trou de Mauroy », en référence à Pierre Mauroy, élu maire de Lille pour la 1ère fois en 1973, et qui avait présidé à ce projet qui pouvait paraître pharaonique à l'époque. On y reconnait aussi, hormis quelques rues (assez tristes dans les années 70) du Vieux-Lille, une entrée de l'immeuble Le Forum situé à l'angle des rues Charles Saint-Venant et Gustave Delory. On y reconnait également la gare de Tourcoing appelée gare de Cournai dans le Film. Plusieurs scènes se déroulent dans les rues de Roubaix Grand'Rue, rue d'Avelghem ...

La boîte de nuit, dont le logo visible dans le film est toujours en place aujourd'hui, est la discothèque Le macumba à Englos, petit village situé à 5 km de Lille. "
Le site de l'INA popose un reportage sur le tournage de ce film. On reconnait notament la rue Esquermoise et le chantier du Nouveau Siècle :
Vous avez un commentaire à faire sur ce film, une remarque,... Vous avez participé au tournage, vous avez vu Bébel en vrai grâce au tournage, venez raconter...
Légende des documents : l'affiche du film, une photo du film où on voit les façades de brique servant de décors au film.

5 commentaires:

  1. Je me souviens du tournage de ce film, car à cette époque je travaillais aux abords du Square Morisson.
    La rue Jean Sans Peur, qui prend naissance à droite de la rue de l'Hôpital Militaire, avait été condamnée !... L'immeuble bourgeois du N°3 (deux entrées avant la galerie d'Art Mischkind) avait été transformé en Hôtel (c'est là que Belmondo prenait ses quartiers dans le film).
    Ce très bel immeuble en pierre, avec un portail en fer forgé surplombé d'une voûte, avait été habillé d'une "marquise" en verre... ce qui donnait l'illusion d'un hôtel cossu !
    Bien évidemment s'arrêtait là l'apparence... le reste étant tourné en studio.
    Nous avons tous regretté de voir démonter cette "marquise" qui apportait un plus à cet immeuble.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, il me semble que la parfumerie dans laquelle entre jean paul BELMONDO est la parfumerie du soleil d'or. Par ailleurs, il y a une librairie qui se trouvait rue Neuve et qui a été fermée il y a quelques années qui doit figurer dans le film.

    BIEN CORDIALEMENT.
    CHRIS.

    RépondreSupprimer
  3. mon papa Andre Desreumaux avait un studio de cinema à Lambersart et l'equipe du film donc avec Jean Paul Belmondon est venue pour visionner les rushs. nous avons eu aussi la visite pour le film l'aveu de Yves Montant Simone Signoret .Puis Brigitte Fosset

    RépondreSupprimer
  4. C'est toujours agréable de retrouver des quartiers que l'on connaît filmé par des gens du cinéma. Il y a dans cet article une mention : la gare de Cournay est en fait la gare de Tourcoing. Sur un autre site on parle de la gare de Roubaix. Qui a raison ? Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolé d'avoir tardé à répondre.... Je viens de revoir le film, il s'agit bien de la gare de Tourcoing dans les 3 premières minutes du film... Amicalement

      Supprimer