© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

jeudi 26 août 2010

Au Travelling de Courrières : « c'est difficile mais ça tourne ! »


Voici un article issu de La Voix du Nord édition Hénin-Carvin consacré au cinéma municipal Le Travelling. L'article est daté du 9 août 2010 et il est signé par Anne-Claire Guilain.


    Dur, dur d'être un petit cinéma mono-salle à l'heure du tout numérique, de la 3D et des énormes complexes qui drainent tous les spectateurs alentours. Le Travelling de Courrières est de ces structures qui craignent les actuels grands bouleversements cinématographiques mais qui s'accrochent pour proposer à tous les dernières sorties à petits prix. Mais combien de temps encore ?


    1. Le tout numérique et la 3D : un luxe !


    C'est la révolution dans le cinéma ! Tous les gros complexes s'engouffrent dans le tout numérique qui offre une qualité d'image optimale. Et la 3D vient renforcer ce phénomène et fait entrer les films dans une nouvelle ère.


    Et quand on n'a pas les moyens, qu'est-ce qu'on fait ? « On y pense depuis longtemps et on espère avoir un jour des subventions pour installer le numérique, mais ça nous coûterait entre 80 000 et 150 000 E environ », expliquent Franck Defives et Marc-Antoine Verstaen, les deux opérateurs projectionnistes du Travelling. En attendant : « c'est difficile. On est limité en nombre de séances (sept par semaine en moyenne et 8 à 10 pendant les vacances scolaires), en nombre de films... Et on n'a pas forcément les grosses sorties ou on les a tard. Avant, c'était 3 à 4 semaines après la sortie nationale, maintenant c'est parfois 6 à 7 semaines après. » La faute à qui ? Au numérique. « En fait, je pense qu'il y a de moins en moins de copies pellicule et en plus les distributeurs privilégient les grandes salles, qui drainent plus de personnes pour plus rentabiliser », poursuit Marc-Antoine Verstaen. Du coup, les petites salles comme le Travelling peinent à avoir les films, doivent passer par un programmateur qui organise un réseau entre petits cinémas pour que les bandes circulent. Au final, les films arrivent donc plus tard et l'équipe du Travelling n'arrive pas à savoir le programme à l'avance, d'où la programmation communiquée semaine par semaine.


    2. L'avenir des petites salles en question Le numérique signifie-t-il la mort des cinémas mono-salle ? Car avec la réduction du temps de sortie en DVD (passé récemment de six mois à quatre mois pour éviter le piratage informatique), c'étaient déjà les petites salles qui souffraient. Mais avec la 3D, c'est pire. « Si nous n'étions pas un cinéma municipal avec une ville qui a une politique culturelle importante, on aurait vraiment du mal. Mais là, on arrive à tourner correctement et on s'en sort, surtout quand on regarde les chiffres des autres mono-salles de la région, ça se passe plutôt pas mal pour nous. » La solution ne serait-elle pas alors de se tourner vers l'art et l'essai, c'est-à-dire de programmer des films anciens que l'on aurait plaisir à revoir sur grand écran plutôt que de s'accrocher aux dernières sorties ? Le non est catégorique pour les deux opérateurs-projectionnistes. « Ce ne serait pas rentable, car on n'a pas le public ici pour ça et en plus les copies des films plus anciens sont plus chères que les copies de films récents. On ne pourrait pas s'en sortir. » Mais des projets, l'équipe du cinéma en a, comme de collaborer à l'opération « école et cinéma » (les écoliers viennent voir un film étudié en classe), d'organiser des ciné-goûters, et d'entrevoir une programmation particulière en partenariat avec la médiathèque. Mais la véritable force de ce petit cinéma, « c'est notre prix ! » De 3 à 5 euros : on est loin des tarifs des multiplexes qui sont passés de 8 à plus de 10 E aujourd'hui avec la 3D.


    3.La fermeture estivale,à partir du 16 août Tous les ans, le Travelling ferme ses portes durant un mois, clairement pour des questions financières, histoire de faire quelques économies. « Avant on fermait du 15 juillet au 15 août mais du coup on refusait beaucoup de groupes du centre de loisirs. Depuis deux ans, on ferme du 15 août au 15 septembre. Mais ce n'est peut-être pas le plus judicieux. Nous reverrons nos dates de fermeture l'année prochaine. »

    Légende de la photo : Ils sont trois employés municipaux au Travelling, deux opérateurs - projectionnistes et un ouvreur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire