© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

mardi 18 mai 2010

Les salles de cinéma du Pas-de-Calais en juillet 1940



J'évoque souvent dans les articles de ce blog le recensement des salles de cinéma de juillet 1940. En effet, il existe aux archives départementales du Pas-de-Calais un corpus documentaire, une liasse de documents administratifs faisant un état des lieux des salles de spectacles, et plus particulièrement des cinémas, après la tornade de la guerre-éclair en mai-juin 1940. Sitôt la défaite établie, les forces d'occupation nazie demandent à la prefecture un état des lieux des salles. Cette demande est ensuite relayée aux sous-prefectures, puis aux mairies. Effectué dans les premières semaines de l'occupation, ces documents dressent un portrait des salles de cinéma du département. Ce document existe-t-il également aux archives départementales du Nord ? Dans d'autres archives départementales dans la Somme, dans l'Aisne, etc... ? Je n'en sais rien, certainement... L'intégralité du document nous donne un chiffre de 185 cinémas dans le département. C'est l'arrondissement de Béthune qui arrive en tête avec 101 salles (logique, c'est un arrondissement urbain, ouvrier, avec de nombreuses villes et des quartiers vivants), puis l'arrondissement d'Arras (34 salles), celui de Boulogne-sur-Mer (23 salles), celui de Montreuil/Mer (15 salles) et enfin l'arrondissement de Saint-Omer avec 12 salles. L'occupant allemand demande ensuite le nombre de salles en bon état afin de les utiliser, et bien sur, inversement, le nombre de salles en mauvais état. Sur les 185 salles, 114 sont jugés en bon état (65 en bon état sur l'arrondissement de Béthune, 16 à Arras, 14 à Boulogne, 10 à Montreuil et 9 à Saint-Omer). Ces documents nous renseigne ensuite sur le nombre de salles occupé par les soldats allemands, les salles déjà réquisitionnées en juillet 1940. 9 cinémas répondent à ce critère : 5 dans l'arrondisement de Boulogne et 4 dans celui de Montreuil (les deux arrondissements du bord de mer !). L'information suivante demandée est de savoir s'il existe encore des copies de films dans les salles, si le cinéma possède encore des bobines. 22 salles confirment qu'elles ont encore des films : 11 sur Béthune, 7 à boulogne, 3 à Montreuil et 1 à Arras. Les édiles municipaux doivent ensuite répondre à cette question : le directeur de la salle est-il encore présent ? Les réponses sont variables : parfois l'exploitant est présent, parfois il est mobilisé et il n'est pas revenu des combats (prisonnier de guerre par exemple). On évoque aussi son absence en ne sachant absolument pas ou il est (l'exode...). On parle aussi souvent de la présence de l'épouse de l'exploitant aux commandes de la salle. Enfin, l'occupant demande le nombre de places disponibles dans la salle. Pour un total de 93.923 sièges dans tous le département, c'est bien sur Béthune et son arrondissement qui s'accapare le plus grand nombre de sièges disponibles : 59.222 (12.955 pour Boulogne, 11.566 pour Arras, 5.490 pour Montreuil et 4.690 pour Saint-Omer). Dans le détail, ces fiches sont une véritable mine puisque par exemple, pour l'arrondissement de Boulogne, on entre ensuite dans le détail avec l'étude canton par canton. On connait ainsi à un instant T (juillet 1940) le nombre de salles d'une ville, leur localisation précise, le propriétaire, l'état, le nombre de sièges et son utilisation en 1940 (par exemple l'Alhambra de Calais est en partie bombardé et a besoin de réparations (c'est ce que note la municipalité), alors que l'Elysée au 228 boulevard Lafayette, toujours à Calais est en bon état, mais occupé par l'armée allemande qui y a mis 100 lits (un hopital ? ou plus certainement une caserne)). Parfois des mairies donnent les dimensions des salles (24 mètres sur 8 pour le café Borgoo, rue de Verdun à Blériot-Plage et qui possède un appareil muet. Le rédacteur de la fiche peut aussi parfois donner le nom des films encore en stock dans le cinéma : ainsi, le Cinévog de Boulogne a encore "Les cinq sous de Lavarède". On sait aussi que certains cinémas sont déjà utilisés par la Werhmarcht pour des représentations cinématographiques : c'est le cas du Cinéma théâtre de Montreuil-sur-Mer.
Au fur et à mesure de la rédaction des fiches et historiques des cinémas, il est évident que les informations glanées dans ces documents se retrouveront sur ce blog...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire