© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 21 août 2009

Cinéma Gaumont de Saint-Omer

En 1919, alors que le Ciné Mondain ouvre ses portes sur la place Foch, un autre cinéma est inauguré à Saint-Omer. A l'angle de la rue Hector Piers et du boulevard de Strasbourg, au n°31 de ce même boulevard, un vaste bâtiment accueille un nouveau cinéma, rapidement dénommé le cinéma Gaumont. Cette salle est le dernier vestige du pensionnat Saint-Joseph. C'était l'ancienne salle des fêtes de cette institution qui a laissé place aujourd'hui à la brasserie de Saint-Omer. C'est M. Depelchin qui exploite cette salle, avec M. Pannequin. Il semble ainsi s'agir d'une co-direction du cinéma. Avec le Ciné Mondain, puis le Rex, rue d'Arras, et le Familia, rue Gambetta, le Gaumont est l'une des salles qui va rythmer les habitudes cinématographiques des audomarois pendant de nombreuses années.
Au début de la seconde guerre mondiale, lors du recensement demandé par les forces d'occupation à la préfecture du Pas-de-Calais,on apprend que les deux exploitants, Pennequin et Depelchin, sont présents en juin 1940. La salle est alors en bon état, mais un appareil est cassé. Les 17 et 18 août 1940, le Gaumont effectue sa réouverture avec le film « Le Tigre du Bengale ». Cette salle participe à l'opération des colis de Noël en novembre 1941. M. Depelchin a remis la somme la plus importante : 1000 francs. Il est possible que la salle a été réquisitionné par l'occupant pendant la guerre.
Pendant les Trente Glorieuses, la salle est le rendez-vous des loisirs. Ainsi, le Gaumont de M. Depelchin projette pendant plusieurs semaines en mars – avril 1967 le succès type de cette période : « La Grande Vadrouille ». Le Familia projette ensuite ce succès de Gérard Oury en juin 1968. Les salles de cinéma connaissent aussi une diversification de leur activité, recevant les grandes vedettes de la chanson, connues par la radio, puis plus tard par la télévision. Ainsi, début décembre 1954, le Gaumont reçoit Les Compagnons de la Chanson. Dix ans plus tard, le même Gaumont accueille le 16 décembre 1965, Claude François à l’invitation de l’U.S.S.O.. Le chanteur s’y produit dans sa tournée de décembre entre Béthune le 15 et Malo-les-Bains le 17. Il interprète certainement son grand succès sorti cette année là : « Même si tu revenais ». En 1969, le Gaumont propose « Play-Time » de J. Tati. Le film, d'après L'Indépendant fait un four total. Le journal raconte qu'un spectateur hurle en direction de la cabine de projection : « Faudrait augmenter le son ». Hélas, le cinéma avait omis de préciser que ce film est totalement visuel, sans parole. Il semble que le Gaumont soit le premier à fermer ses portes, victime de la désaffection du public. Après une vaine tentative de reprise d'activité, le cinéma a définitivement ses portes. Aujourd'hui, celle qui fut réputée pour être la plus belle salle de Saint-Omer, est utilisé par la brasserie de Saint-Omer qui en a fait un immeuble administratif, après avoir été un dépôt de meubles et un magasin de meubles et d'électro-ménager. L'intérieur est encore intact grâce au travail des architectes d'intérieur qui ont travaillé pour la brasserie de Saint-Omer.
Beaucoup de choses sont encore à connaître sur le Gaumont du boulevard de Strasbourg. Toutes les informations sont bonnes à prendre, qu'ils viennent de spécialistes, de collectionneurs, d'amateurs d'histoire locale, de gens qui ont fréquenté cette salle et qui en ont gardé le souvenir, ou tout simplement de la famille des deux exploitants, MM Depelchin et Pennequin. Je ne connais par exemple rien de ces exploitants, ni même leur simple prénom. Toutes les informations sont utiles !!!
Légende des clichés du haut vers le bas :
- La salle du Gaumont, il y a quelques années avant l'arrivée de l'administration de la brasserie de Saint-Omer. Aujourd'hui, en 2009, le bâtiment a très peu changé.
- Le second cliché est une vue de la cour de récréation du pensionnat Saint-Joseph. On devine la salle des fêtes de cette institution, future cinéma Gaumont, au centre du cliché.
- Dernier cliché : intérieur de la salle du Gaumont.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire