© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

samedi 11 avril 2009

Auxi-le-Château

Un extrait d'un ouvrage local sur Auxi-de-Château :

« Vers 1930, Mr Delucheux rénove l’hôtel du Lion d’or. Il ouvre une salle de café et une salle de jeu, modernes, agréables, confortables. Il innove même en créant des apéritifs-concerts, le dimanche après-midi […] Mais le cinéma demeure la plus grande attraction pour la population. Pendant la guerre 14 – 18, un évacué, M. Lapointe, reçoit son public d’abord dans une grange rue Bordeloise, puis place de l’Hôtel de ville, actuellement Crédit agricole de l’Artois. Le célèbre « cinéma Lapointe » présente des films muets, sur une musique fournie par un phonographe, jamais en rapport avec la scène présentée, et des commentaires assurés par Mme Lapointe « qui cause bien le français ». De temps à autre, une violoniste parisienne grand talent, Melle Delattre, venu pour quelques semaines s’oxygéner chez nous, prête son concours à ces soirées cinématographiques, chacun alors y trouve son compte : organisateur et spectateurs ! Entre les deux guerres, M. Soubirand ouvre, rue d’Arras ( menuiserie Desjardin ) une salle confortable où l’on projette des films à épisodes : « le mystère du diamant vert », « le train de 8h47 », « les deux gosses », « l’enfant roi »… Progrès considérable : les images sont-titrées et la musique d’accompagnement jouée au piano par M. Gayant suit de près l’action du film. Plus près de nous, M. Delucheux présente, dans une très belle salle classique, rue R. Salengro ( pharmacie Delgrange ) tous les grands succès du cinéma parlant. Paul Delucheux met un terme à cette exploitation en choisissant, non sans quelque ironie, le film « Exodus » pour sa dernière séance cinématographique. Si, pour notre ami Paul, ce titre constitue délibérément tout un programme d’avenir ( puisqu’il nous quittait pour un ciel plus ensoleillé ), la fermeture de son établissement provoque un profond désarroi dans la région et une perte certaine pour Auxi, ses fidèles clients ne sachant plus comment meubler leur soirée du samedi ou celle du dimanche. Mr R. Berthe comble ce vide en ouvrant une salle mixte dancing et cinéma au café de la Jeunesse. »

Extrait de « Histoire d’Auxi-le-Château » de Gérard Bacquet et Michel Oudin, 1972
p. 88 – 89

Voici d'autres informations sur les salles de cinéma d'Auxi.

Un grand merci à l'Office de la culture d'Auxi pour ces informations :

Le café de la Jeunesse : ancienne Auberge du Cheval Noir avec sa salle pour noces et banquets, un moment Cinéma Berthe ( films en couleurs ) vers les années 70, aujourd’hui dancing et siège du Javelot club.

La pharmacie centrale : ancien Hôtel du Lion d’Or, dont la salle de restauration décorée de trophées de chasse était un rendez-vous de chasse de qualité. La cour accueillait la salle de spectacles et le Cinéma Delucheux ( films parlants noir et blanc puis couleurs ) jusqu’en 1963.

Le trésor public, la perception, autrefois située à l’Auto-école ( un peu plus bas en face ). Cet immeuble a accueilli le Cinéma Lapointe ( films muets avec musique assurée par un phonographe ou jouée au violon en direct ) implanté d’abord dans un grange rue Bordeloise.

La maison de droite à l’angle des rues du général de Gaulle et des fosses a accueilli le Cinéma Soubirand ( films sous-titrés avec musique jouée au piano en direct ).


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire