© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

jeudi 5 mars 2009

Article critique et en patois sur le cinéma forain

Article de Jean Bobienne, paru dans Le Journal d'Hénin-Liétard du 12 novembre 1902 :

« Gramint d’ personnes n’ vodront p’ t-ête point m’ croire, mais j’ n’ avos jamais vu un cinématographe ; aussi profitant qui n’ n’ avot un à l’ ducasse, j’ m’ y rindos et je m’ payos eun’ seconde pou’ dix sous.
Ch’ étot d’ jà bien plein, et, cosse que j’ ignoros, l’ représintation étot qu’ minchée d’ puis un bon quart d’heure, malgré qu’on m’avot dit à l’ porte :
- Entrez, entrez, on va commencer.
- Diable, que j’ dis, u m’ assir ? Bast ! J’ resterai d’ bout dins un coin, je n’ gên’ rai personne.
- Allez là-bas, i' n' y-a de l' plache, m' dit un imployé.
- Ch' est bon, ch' est bon, j' peux rester d' bout.
- Non n' peut pas rester d' bout, i faut vous asseoir.
Et après avoir fait serre quèqu' s gins, i' m' fait assir sur un banc, derrière eun' grande femme qu'elle avot un capiau in Tour Eiffel et t' not un p' tit gosse de six-siept mos d' bout su' ses genoux.
On qu’ minche, je n’ vos rien, j’ avinche m' tiête à droite, l' femme fait l' même ; j' avinche à gauche, elle lève sin gosse à l' hauteur de sin capiau ; j' veux m' lever, v' là qu' derrière, on crie Assis ! Assis ! et un zique solide, i’ m’ appuie su’ les deux épaules. J’ veux riposter, i’ m’ menace de m’ coller eun’ danse in sortant.
Crac ! v’ là l’ tableau fini et les leumières s’ ralleument.
- Madame, que j' dis polimint à m' voisine d'in face, vous n' porrit' s point laicher votre infant assis, mi je n' vos rien ?
- Ah ! ben, qu'elle me répond cheull' paysanne, ch' n' est mie m' n' affaire, ch' l' infant i' peut bien vir comme vous.
- Ch' est vrai, mais cha n' l' intéresse point, il est trop jeune.
- Quoi ! Trop jeune ! Mais din vingt ans, i' s' ra bin contint d' avoir vu cha.
Et v’ là un aut’ tableau qui s’ prépare. Cheull’ fos, ch’ est, à ch’ qui paraît eun’ course d’ taureau, l’ infant a peur, i’ brait, l’ mère s’ lève et l’ dodine ; tout l’ monde crie : Assis ! Assis ! Mis, j’ n’ose pus m’ lever d’ peur du zique qui m’ a promis eun’ danse et j’ profite que les leumières s’ ralleument pour me l’ ver et m’ in aller sans d’ mander min reste.
In sortant, j’ rincontros un ami qui m’ dijot :
- Eh ben ! Ch’ est biau l’ cinématographe ? Quoich’ que t’as vu ?
- J'ai vu un capiau à pleumes qui allot toudis d' droite à gauche et un p' tit infant qu'on balochot comme eun' boutelle d' pain d' curiche ; pour mi, cha n' vaut point les dix sous et j'cros qu' j' ai été volé. "

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire