© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

jeudi 21 juin 2012

"Quand je serai petit", film "normal" sur le Nord ?

Enfin un beau film tourné dans la région et dont les seuls buts sont de divertir intelligemment avec de la réflexion sur la vie, l'amour, la mort, le destin,... On s'éloigne des clichés, des comportements caricaturaux que l'on prête aux gens du Nord pour enfin les montrer comme ils sont... c'est-à-dire étonnement... normaux ! Avec le message martelé de notre nouveau Président de la République, nous assistons ainsi, et pour une première fois (y-a-t-il des antécédents ? je n'en sais rien) à un film "normal" avec pour toile de fond le Nord-Pas-de-Calais. Que cela déplaise à TF1 ou à Zone Interdite, il n'y a dans "Quand je serais petit" ni chômeur, ni consanguin, ni chômeur, mais aussi ni "boubourse" plus ou moins imbibé, ni fan du R.C.L. ou du LOSC, ni "bon gars du Nord, pas malin malin, mais bien brave quand même"... Certes, je n'ai pas encore vu ce film, mais d'après les échos, les commentaires et critiques, on peut enfin voir le Nord tel qu'il est et tel qu'un enfant du pays le perçoit dans toute sa "normalité"... Pour sa seconde réalisation, le dunkerquois Jean-Paul Rouve signe ainsi une œuvre poétique proche du fantastique où un homme se retrouve gamin et qui montre la région sans aucun misérabilisme, loin des clichés avec des gens "normaux" ayant un accent "normal", ayant des problèmes et des joies de français "normaux" avec des paysages magnifiquement filmés comme le ferait l'importe quel réalisateur lorsqu'il film SA région, montrant un dunkerquois lumineux, sans aucun misérabilisme, juste la réalité d'un pays "normal"... En témoigne les documents qui accompagnent ce message. On y voit la Mer du Nord dans un superbe plan montrant Rouve et l'enfant du pays, révélation du film, tel que le personnage principal du film était. Au détour des images de ce film, images disponibles sur internet sur allociné ou d'autres sites, on voit de nombreux plans de la mer, du port de Dunkerque, de jetées, de plages,... le tout sous un soleil "normal", un beau soleil printanier... Bref, le vrai Nord... " J'ai tourné une semaine à Dunkerque et le reste dans les alentours, raconte le réalisateur-acteur. J'ai pris des techniciens du Nord. Tous les comédiens, à part les vedettes, ce sont les gens d'ici. Le Nord est mis en valeur. Je ne filme pas le chômage. Ce film donne envie de venir, même si je n'ai pas fait un film pour l'office de tourisme. "

Extrait d'une interview de Jean-Paul Rouve dans l'édition du mercredi 13 juin à La Voix du Nord :

Q : Vous avez tourné dans le Nord, pourquoi ce choix ?
R : Je n'aurais pas pu tourner ailleurs qu'à Dunkerque. Déjà, il fallait que je tourne au bord de mer. C'est positif, la mer... La mer, c'est l'avenir. On peut s'évader, même si ce n'est qu'une vision de l'esprit. Ensuite, je ne voulais pas le sud, parce que je voulais une mer puissante, plus forte que l'homme. Pour moi, la Méditerranée, c'est un lac. Quand j'écrivais, j'avais en tête ces images du nord que je connais parce que j'y ai vécu vingt ans. Pas comme de la nostalgie, pas comme un retour sur l'enfance, mais parce que c'est beau. Les paysages sont magnifiques. Je voulais filmer le nord tel que je le connais. Comme Raymond Depardon qui va poser son appareil photo et qui photographie un débit de tabac que même les gens du coin n'ont jamais remarqué.
Q : Comment avez-vous dompté ces paysages ?
R : Il faut simplement regarder les choses. Il y a toujours un angle pour qu'elles soient belles. Je vous donne un exemple : les stations-service. Souvent, dans les films, on en trouve qui datent des années 50 ou 60. Pareil pour les cafés. Il y a un esthétisme du passé. Mais ça n'est pas ça la vie ! Des stations-service comme ça, il y en a trois en France ! Ce qui existe, c'est la station BP au bord de l'autoroute. Sauf qu'il faut la filmer. La regarder. Je trouve qu'elle est belle dans mon film. C'est un esthétisme de la réalité.

N'hésitez pas  à aller voir la bande annonce de ce film où on y devine déjà de très belles images de la région... : cliquer sur : La Bande Annonce

Pour l'instant, désolé, je parle d'un film que je n'ai pas encore vu... J'en reparlerais donc plus longuement dans un prochain message, à moins que vous l'ayez vu et que vous avez un mot à dire sur ces sujets : que montre le film de la région Nord-Pas-de-Calais ? Quelle(s) image(s) renvoie(nt) ce film de la région ?

jeudi 14 juin 2012

Du changement pour le circuit régional Lumières

Un grand merci à l'ami Laurent Comar qui me transmet cette info parue cette semaine dans la revue Le Film Français...
 C'est en effet un gros changement qui s'opère dans les cinémas de la région et une évolution logique dans les prises de position, les gestions de salles, l'arrivée de partenaires extra-régionaux. La page se tourne en effet pour le groupe Lumières de Michel Vermoesen qui se sépare ainsi du Duplexe de Roubaix, des Ecrans de Tourcoing et du Palace de Cambrai ainsi que du Palace de Mulhouse, seule implantation de ce groupe en dehors du nord-Pas-de-Calais. Le nouveau propriétaire de ce groupe est Marie-Laure Couderc. Loin d'être une inconnue dans le monde un peu fermé des gestionnaires-propriétaires de salles de cinéma, elle gère déjà de nombreux cinémas, notamment ses salles familiales de Sartrouville, Saint-Germain-en-Laye et Poissy. C'est parce que son groupe cherche à se développer et que l'offre de Michel Vermoesen arrivait à point nommé que Marie-Laure Couderc a sauté sur l'occasion. D'autant plus "que les cinémas de Michel sont bien tenus et l'image est reconnue dans la région", déclare-t-elle à La Voix du nord dans son édition du 14 juin. Elle réalise ainsi (mais l'avenir nous le dira...) une bonne affaire puisque ces sites sont ultra-modernes, réalisant 760 000 entrées en 2011 avec une estimation allant à 800 000 entrées en 2012 car les Ecrans, le cinéma de Tourcoing n'est ouvert que depuis avril 2011. De plus, le futur cinéma d'Armentières avec une ouverture prévue en 2013 fait aussi parti du deal. Pour les clients, aucun changement n'est à prévoir, pas même celui de l'enseigne semble-t-il... Le travail de Mme Couderc semble reconnu et rejoint l'esprit et la philosophie de Michel Vermoesen, celui d'un cinéma de proximité et de qualité ! Ce dernier ne quitte pas le monde du cinéma puisqu'il continue de gérer les deux salles "cinéphiliques" par excellence de la métropole lilloise : le Majestic, rue de Béthune et le Métropole, rue du Pont de Comines.

D'autres commentaires et réactions dans les jours à venir...
Si vous avez vous aussi un avis sur ce changement de propriétaires / actionnaires de ces cinémas importants de la région, n'hésitez pas à laisser un message ou à me contacter...



mercredi 13 juin 2012

Nouvelles infos et nouveaux documents sur le cinéma de Bray-Dunes

Grâce à l'ami Jean-Marie Prévost, voici deux nouveaux documents et de nouvelles informations sur le cinéma de la digue de Bray-Dunes. D'après les informations de notre fidèle lecteur et ami, cette salle se situe au sein de l'ancien casino de Bray-Dunes. Sur cette première photo, on voit des affiches de cinemas difficilement identifiables en zoomant sur ces clichés. Les voitures  permettent de situer cette photo. Comme dans le cliché posté précedemment, il semblerait que la période va de la fin des années 50 au milieu de années 60. On distingue une 403 Peugeot vers 1955-60. D'après les indications de Jean-Marie Prévost, il y avait  un cinéma saisonnier sur l'avenue de la plage à Bray-Dunes dans les années 1960 - 1970, peut-être, et sous reserve de verification, ce serait celui-là... Ce cinéma était exploité par Roger Muguet qui gérait Cine Nord, Rue Charles Saint-Venant,  société qui distribuait des films en 16mm. Cette même personne exploitait le cinéma Arc en ciel, rue du Marché à Lille, détruit aujourd'hui et le cinéma Jeanne d'Arc à Seclin qui se trouvait sur la rue principale de Seclin juste après le croisement en allant vers le centre ville de la rue qui venait de la sortie autoroute de Seclin sur l' A1. Donc, pendant les trois mois d'été, il exploitait en 16mm ce cinéma de plage qui a dût fermer vers 1976-77, c'est-à-dire quand les copies 16mm ont commencé à disparaitre. Jean-Marie Prévost ne pense pas qu'il équipa ce cinéma en 35mm.

Encore un grand merci à Jean-Marie Prévost pour les informations et les documents. Si vous avez d'autres témoignages sur ce cinéma, des souvenirs de vacanciers, quoique ce soit, alors, n'hésitez pas à me contacter à laisser un message...




vendredi 8 juin 2012

Cinéma sur la digue de Bray-dunes

Voici une carte postale des années fin 1950 - année 1960 selon, de mon avis de novice, les voitures présentes sur le parking (on reconnait une Renault 4CV et une Citroën 2CV, mais je ne suis pas sur...) montrant un bâtiment moderne du bord de mer à Bray-Dunes. En bas, à gauche, lorsque l'on zoome, la façade est ornée de l'inscription magique "cinéma"... Mais de quel cinéma s'agit-il ? aucune trace dans mes archives perso (très très sommaires), aucune trace parmi mes relais et connaissances et aucune indication sur cette façade pour nous donner l'info de son vrai nom (à moins que ce cinéma ne s'appelle que... cinéma (je doute)), rien, bien sur sur ses propriétaires... Est-ce la famille Vannoorenberge qui dirige alors le Fa Mi La ? Ce bâtiment, si vous connaissez Bray-Dunes, existe toujours. C'est aujourd'hui un café - restaurant - salon de thè... Plus aucune trace de cette ancienne activité cinématographique... Si quelqu'un peut renseigner ce blog ? Un ancien spectateur de ce cinéma ? Un habitant de Bray-dunes égaré sur ce site... N'hésitez pas à laisser alors un commentaire...


L'actuel façade de ce bâtiment grâce à l'irremplaçable StreetView... :