© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

jeudi 29 décembre 2016

Décès de Gérard Caulier, fabriquant de fauteuils de cinéma de la région

Nous avons appris le décès de Monsieur Gérard Caulier, ancien directeur de l'entreprise Caulier-Rompais, fabriquant de fauteuils et de sièges de cinéma. Le cinéma, c'est le plaisir des yeux, voir un grand spectacle... Mais c'est aussi le bonheur d'avoir un bon fauteuil, moelleux, doux... Alors, une pensée pour l'entreprise Caulier-Rompais, une entreprise ancienne datant de 1926 comme le montre les quelques publicités ci-dessous. Ainsi, le cinéma régional, c'est à la fois les films tournés dans la région, les acteurs et réalisateurs natifs de la région, les salles de cinéma de la région mais aussi l'équipement de ces salles comme les fauteuils Caulier-Rompais. Une histoire de cette entreprise âgée de 90 ans est à faire....
Une pensée pour sa famille et ses proches.








vendredi 16 décembre 2016

Un café du Cinéma à localiser ?

Un internaute Bertrand, m'a récemment contacté pour connaitre des informations sur une photo en sa possession. Il s'agit précisément de deux de la façade du Café du Radio-Cinéma... Très certainement un café situé à côté de la salle, voir même propriété de la salle, c'était très fréquent. Dur pour lui (comme pour moi), de déterminer l'emplacement la localisation de ce cliché... Bertrand propose plusieurs villes : Labeuvrière ou Lapugnoy... mais sans certitude. Autre petite chose, des personnes sont sur ces clichés, des musiciens, probalement de la communauté polonaise (le groupe s'appelle Jazz Polo). Si quelqu'un a une idée, un indice, des propositions à faire, faites moi signe, je corrigerais cette photo et je transmettrais à Bertrand. 




mercredi 14 décembre 2016

2017...Année Dunkirk



Quelques jours avant la fin de l'année.... Mais déjà l’œil est rivé sur les mois à venir et l'annonce de l'arrivée prochaine de Dunkirk fait saliver les amateurs de cinéma et de la région. Superproduction mondiale, réalisé par un cinéaste qui a une patte, un oeil, de la création visuelle... Il est évident qu'il y aura un avant et un après Dunkirk dans la région. La sortie de ce film et son impact auront certainement de grosses conséquences pour la région et le littoral dunkerquois. l'image de la région, mais aussi son intérêt touristique basé sur la mémoire, trop peu utilisé et pourtant essentiel, surtout dans le monde anglo-saxon. Rappelons que cet épisode de la seconde guerre mondiale est totalement inconnu par les Etat-Unis. Il est un formidable enjeu de mémoire et un lien très fort entre la France et le Royaume-Uni, mais pour les Etats-Unis, ce n'est qu'une bataille essentielle...La gageure sera notamment celle-là : faire d'une bataille perdue par les forces franco-britanniques un épisode clé du début de la seconde guerre mondiale et, pour les équipes dirigeantes de la région Hauts de France, en faire un symbole, surfer sur le succès annoncé de ce film et de son aura internationale...

La bande annonce a été mis en ligne, elle donne un aperçu grandiose de ce qui nous attend. Gageons que les équipes des Hauts de France puissent saisir cette formidable opportunité qui ne se reproduira pas de si tôt ! 


dimanche 11 décembre 2016

Le cinéma Palace de La Fère

Jean-Marie Prévost nous propose quelques informations, documents et même une vidéo du cinéma Palace de La Fère, dans l'Aisne. Cette salle a 450 places et un écran de 8 mètres sur 3,5 m. En 1950, son directeur est Gaston Thuet. Charles Trepant reprend ensuite l'exploitation quelques années jusqu'à la fermeture définitive de l'établissement en 1985. Tout le matériel et les fauteuils sont alors revendus. 
Ce cinéma fut d'abord équipé de poste doubles 35mm de type M2 de la marque national avec lanternes Reinarc de la marque Juliat. La chaîne sonore était de marque C M C et ampli C65T2 et les enceintes de scène étaient de la même marque. Dans les années 72, Mr Thuet modernise la cabine en rachetant la cabine victoria 18 de marque C M C du cinéma de Charleville. Cette même cabine sera démontée et réinstallée à Albert dans les années 86/87.
Ce cinéma se trouvait dans une cour après avoir passé sous la porte cochère. Dans ce passage pour aller dans la cour  étaient disposées de part et d'autre les photos et affiches des films à venir.
Ci-dessous, une petite vidéo tirée d'un film tourné vers 1963 nous montre l'animation devant ce cinéma. Un merci à Mr Degongeville de C V P  pour cette vidéo .

video






samedi 10 décembre 2016

Le Cyrano de Crécy-en-Ponthieu

Le Cyrano se trouve place du marché à Crécy-en-Ponthieu, à proximité du Crotoy dans le département de la Somme.
Ce cinéma a été construit vers les années 1960. Il est l'un des rares cinémas en France à être doté d’un écran type " Super Heraclorama " : un écran courbe de 180° fait en lames de plâtre de plus ou moins 15 cm posées à la verticale avec un objectif spécial donnant une impression de relief à l’image. Le procédé est crée par l’inventeur Jules Hourdiaux, natif d’Amiens. (Voir sur internet Heraclorama : https://fr.wikipedia.org/wiki/Super_H%C3%A9raclorama et https://fr.wikipedia.org/wiki/Jules_Hourdiaux)
Ce cinéma de 334 places est exploité au début par le service cinéma de l’abbaye de Valloires (ce service possède en autre le Rexy de Merlimont et le Familia de Samer). Le directeur en est l’abbé Platevoet.

Il est un des rares cinéma hors du département du Nord dans les années 1950 à 1970 à  être programmé par L’OTCF de Lille, le département de la Somme dépendait alors  de la grande région parisienne.
Vers 1980, le service de l’abbaye cessant cette activité, le Cyrano est repris par la mairie et Mr Cazau, professeur dans la région, est nommé responsable. L’exploitation reprend  avec la refonte complète de la salle et la pose d’un écran classique vers 1985. L’architecte qui mène cette rénovation est Mr Lebrun de Crécy. Dans le même temps, Mr Cazau rouvre le Familial d'Albert en apportant des modifications à cette salle avec le rachat de la cabine victoria 18 Cinemeccanica du cinéma Palace de La Fere exploité par Mr Thuet qui était fermé depuis plusieurs années. Mr Cazau programme quelques temps le Cinéma Théâtre de Ham. Il est appelé par UGC et dirigera, après son départ de Crécy, l’UGC Danton, puis UGC Ciné Cité de Lille.
 L’exploitation du cinéma  continue ensuite avec d’autres responsables.
La cabine de 1960  était de 2 postes doubles 35mm de marque Phillips type fp20 avec amplification M2 de la même marque. Puis, il y a passage à une seule machine dans les années 1984 avec un dérouleur grande bobine et l'adjonction d’un projecteur 16mm. La vidéotransmission par satellite  fait aussi son apparition dans cette salle. C'est même une des premières salle de la Somme à en être équipée. La première représentation en vidéo-retransmission en directe de King Créole et les Coconuts, en spectacle à Paris, a nécessitée une parabole de 2.50 de diamètre, posée sur une remorque devant le cinéma. Le projecteur installé au plafond de la salle était un tri tube de Sony type 2020 posé par les Entreprises Rousselle d'Amiens. Par la suite, la parabole fut installée sur le haut de la façade du cinéma.
Dans les années 2000, le projecteur est changé : un V5 CMC grande bobine est posé avec le Dolby. Puis, ce sera le projecteur numérique de type barco vers 2013. Cette salle fonctionne toujours ! Elle devra faire face au futur méga CGR de 8 salles prévu pour 2018 à Abbeville en remplacement des 3 salles du Rex qui devrait fermer lors de l'inauguration du futur complexe.

Le Cyrano au tout début des années 70













lundi 5 décembre 2016

Un article sur l'Eden-Ranch de Loison

L'excellent Jean-Marie Prévost nous propose un document sur les propriétaires du cinéma Eden-Ranch de Loison-sous-Lens.


vendredi 25 novembre 2016

Un tournage à Stella-Plage

Stella, son ambiance, son esprit fin du monde, sa longue plage de sable fin inspire les réalisateurs. Après Bertrand Blier et Les Valseuses, Stella accueille un court métrage réalisé par Sophie Beaulieu. Le grand Tchéky Karyo et Florence Thomassin sont les têtes d'affiche de cette mini-production nommée : "Je n'ai pas tué Jesse James". L'histoire : Robert Ford, ami et complice du célèbre Jesse James aspire désormais à une vie rangée. Patron d'une petite station service, il attend que les affaires reprennent... jusqu'à l'arrivée de James ! L'ambiance fin du monde, les dunes, la lumière et le ciel du Nord, le décor est une pièce essentielle. Toutes les scènes extérieures sont tournées place de l'Etoile à Stella ou la station service reconstituée a pris la place du bazar du front de mer. Produit par Martin Berléand, fils du comédien François, ce petit film est soutenu par la région. Il sera diffusé dans différents festivals et sur France 2 dans son émission du dimanche soir consacrée aux courts métrages. Vous assistez à ce tournage, vous avez des documents que vous souhaitez partagés, proposer à ce blog pour constituer une ""Cinémathèque régionale des Hauts de France... virtuelle", n'hésitez pas à laisser un mot ! 

Voici ci-dessous le lien vers un article de La Voix du Nord racontant ce tournage... 

Un grand merci à Brijou Lagitte du groupe facebook consacré à Stella-Plage pour les photos ! 




samedi 5 novembre 2016

Arras film festival 2016 !

Le festival du film d'Arras a ouvert ses portes ce vendredi 5 novembre. Il se terminera le 13. Avec le festival de Valenciennes, il s'agit du plus grand festival cinéma de la région ! Pour sa dix-septième année, cet événement s'est fait une place dans le monde du cinéma national. Outre un succès indéniable auprès des professionnels, c'est aussi une grande réussite auprès du public avec 42 000 entrées en 2015. Eric Miot, délégué général du festival a réussi le pari de composer une programmation très éclectique, alliant gout du public, exigence cinéphilique, rencontre avec les professionnels du cinéma, le tout dans le cadre somptueux des grandes places de la préfecture du Pas-de-Calais ! Edouard Baer, Romain Duris, et beaucoup d'autres sont attendus sur les pavés arrageois. En 10jours, ce seront près de 114 films qui seront projetés, dont 80 avant-premières et inédits. 35 séances en moyenne auront lieu chaque jour dans 6 salles ! 9 films européens seront en compétition et 2 rétrospectives étonnants seront proposées autour des films d'évasion (de La Grande Evasion à Chicken Run...) et une autre autour de la guerre d'Espagne au cinéma ! Soutenu par la région des Hauts de France, le festival d'Arras montre qu'une fois de plus, notre grande région n'a pas à rougir sur le sujet du 7eme Art. 
La programmation, les lieux, les tarifs, les tables rondes, les différents prix... Un site internet incontournable : 

L'excellente affiche de cette édition 2016 ! 

mardi 1 novembre 2016

Un nouveau document sur le Casino de Hautmont

Voici un nouveau document montrant le cinéma Casino de Hautmont déjà mentionné dans ce blog, mais cette carte postale ancienne nous montre la façade sous un autre angle  Pour les spécialises du détail, n'hésitez pas à me communiquer le nom des films à l'affiche de ce cinéma, je n'arrive pas à trouver le nom de ces films. D'après ce qu'on lit et comprend de la façade, le film se nommerait L'Intruse... Cela peut aider pour donner une date pour la datation du cliché ! Vous trouverez donc ci-dessous le zoom de la façade et en dessous la carte postale complète...  




mercredi 26 octobre 2016

Les cinémas de Chauny

L'ami Jean-Marie Prévost nous propose cette fois de nouveaux cinémas de la région des Hauts de France, département de l'Aisne.Il s'agit des 3 salles de la ville de Chauny.

Le Casino, au 107 de la rue de la Chaussée à 600 places avec une scène de 7 mètres de long sur 4 mètres de haut. Son directeur en 1950 est Mr Guisez et en 1960, c'est Mr Max Pincon. Ce cinéma ferme vers 1975. Il est transformé d'abord en magasin et vers 2000 en appartements ( voir la photo des travaux  ).
La cabine était équipée de 2 postes 35mm SEG 31 avec lecteur Philips type 3837 sonore à l' avant et  lanterne Peerless ( La Rolls des lanternes à arcs ).Il est à noter que le cinéma Apollo dans la même ville avait le même matériel de projection.Le matériel sonore était de marque Philips (amplis et haut parleur ).




Les autres cinémas de cette ville étaient :
L'Apollo, au 15 Rue A. Briand avec 600 places. Son directeur étaient Mr Batliplaouche. Sa fermeture a eu lieu dans les années 80. Il est ensuite devenu un magasin Franprix.





Il y a enfin le Cinéma Majestic, place du Brouage avec une capacité de 500 places. Son directeur était Mr Pagnon Il passe à 480 places en 1963. Son directeur  est alors Mr Deplet. C'est aujourd'hui devenu un magasin de vélos, mais nous ne pouvons pas vous proposer de photos pour ce dernier.

Merci a Mr Degonville de Cnema Video Pro de Sinceny  pour les photos.

mardi 25 octobre 2016

Un cinéma de Iwuy



L'ami Jean-Marie Prévost nous signale l'existence d'un autre cinéma à Iwuy, situé au 13 rue Clémenceau.
En 1950, ce cinéma est nommé Ciné Salon, avec une capacité de 500 places et son directeur est Mr Ravez. 
En 1963, il devient  L'Eden, 500 places et son directeur est Henri Delloye.
Sur la photo accompagnant cet article, les affiches étaient derrière la grande fenêtre sur la droite avant la grille d'entrée. L'entrée se faisait par la grille. La salle était une grande grange qui a été aménagée. Ce bâtiment existe toujours mais c'est devenu un hangar de stockage. Ce cinéma a probablement fermé à la fin des années 60.

dimanche 16 octobre 2016

Une salle en plus à O'Ciné Saint-Omer !

L'annonce a été faite dans le grand quotidien régionale, édition audomaroise. Le complexe O'Ciné dirigée par la famille Coppey va s'agrandir avec une salle supplémentaire. Le groupe continue de montrer ainsi son expansion et sa volonté de proposer du spectacle cinématographique dans des conditions optimales pour un prix imbattables.  Un article de Valéry Duhaut daté de ce dimanche.


jeudi 13 octobre 2016

Le Modern' Cinéma de Château-Thierry

Un grand merci à Bernard Warin pour cette belle trouvaille. Il s'agit d'une carte postale montrant le cinéma Modern de Château-Thierry, avant la Première Guerre Mondiale. Cette salle était située place du Champs de Mars, devenue aujourd'hui place des Etats-Unis. Plus aucune trace de ce cinéma ou de l'hôtel jouxtant ce cinéma n'existe aujourd'hui. 
Si vous avez des renseignements, des informations, d'autres documents, des noms, des dates, n'hésitez pas à me contacter ! J'ai agrandi sur la première image les affiches que propose ce cinéma. 
Dur dur de retrouver le nom du film... Si vous avez une idée... 
Ce que l'on sait, c'est que ce cinéma d'avant la première guerre a subi des destructions lors de la guerre (vois seconde carte postale et son zoom)


Voici la carte postale ancienne originale




lundi 3 octobre 2016

le Top de Liévin


Voici une photo extraite du livre consacré à Liévin paru aux éditions Sutton.
Le Top 3 était situé à l'emplacement de l'actuel Flunch au centre commercial Rond Point qui a ouvert ses portes en 1974. Aujourd'hui ce centre commercial est une enseigne Carrefour. Vous avez des infos, des documents, des renseignements sur ce cinéma, l'un des tout premiers implantés dans un centre commercial...alors contactez moi !

dimanche 2 octobre 2016

Un poème sur le cinéma Caméo de Hénin-Beaumont

Un document original: un poème en ch'ti sur le cinéma Caméo de Hénin-Beaumont. 
On doit ce poème à René Bierlair. Vous pouvez retrouver ces poèmes sur son site/blog : http://chez.cartouche.perso.sfr.fr/

CH’CAMEO

quand j'avos intre quatorze ans quinze ans
j'allos au cinéma avec min frère, ch’grand
à l'séance d'l'après midi, in étot tout fiérots
l’salle du qu’in allot cha s'appelot l' Caméo.
cameo


même si d’long ch'étot pas l'pus biau
nous autes ch'étot chti qu’in préferot
in payot pas quer, et surtout in pouvot
s'assire dù qu’ch’est qu'in voulot
in cachot eune plache à côté d’eune guernoule
in attindot et quand l’leumière alle s’éteignot
in in profitot pour y faire des tchiotes papoules
in caressant s’pieau, in y donnant des bécots


l’cinéma l’Appolo étot p’t’ête plus luxueux
mais ch’Cameo pour nous ch’étot mieux
d’l’amour in y faisot not’ apprintissache
in sortot d’ là tout souriant et bénache






mardi 20 septembre 2016

Un article de la Voix du Nord sur les cinémas lillois

A l'occasion des Journées du Patrimoine, d'une exposition et d'une conférence lors de ces deux jours, La Voix du Nord, édition lilloise revient sur la rue de Béthune : la rue des cinémas ! Encore aujourd'hui, c'est une artère commerçante liée au 7eme Art ! Mais depuis 100 ans, c'est le cas ! 
L'article de La Voix du Nord est également copieusement illustré par des images jamais ou très peu vues... Les voici en complément. 

Voici l'article signé par Frédérick Lecluyse    
Lille et les rues piétonnes ont toujours eu une relation particulière avec les salles obscures. Commencée en 1896, cette histoire sera visible à partir de ce samedi à la mairie de quartier Centre, où les membres de LCA ont préparé une exposition très documentée dont voici l’avant-première.

Si la rue de Béthune fut, à la fin des années 70, surnommée la rue aux cinémas pour être alors championne d’Europe en nombre de salles, c’est rue Esquermoise que tout commence à l’aube du XXe siècle. Selon les membres de Lille Centre Animation, c’est en 1896 qu’un film des frères Lumière est diffusé dans une brasserie. Sans doute la Brasserie de l’industrie. «  À l’époque, il n’existe pas encore de salles proprement dite, explique Hugues Meura, qui a très longtemps exploité avec son épouse Cécile la librairie universitaire du même nom, rue de Valmy. Le cinématographe est alors une attraction.  » Mais il va rapidement devenir une industrie florissante. «  Le succès est phénoménal  », assure Daniel Baes, président de LCA.

Les cinémas s’installent dans l’hypercentre : le Lille-Cinéma, parvis Saint-Maurice, l’Omnia, rue Esquermoise, le Capitole, The Imperial Vio, rue de Béthune, etc. La future rue piétonne devient déjà à l’époque l’épicentre de la révolution cinématographique lilloise. L’Eden s’y installe en 1910. Le Printania ouvre rue d’Amiens, juste à côté. Dans son édition du 17 février 1933, le journal Le Réveil du Nord parle de la rue de Béthune comme de la rue aux spectacles. D’autres salles y ouvrent leurs portes : le Caméo, la Grotte ou le Familia, qui compte une salle de 1 200 places. Mais il y a encore plus vaste. Beaucoup plus vaste.
Rue Nicolas-Leblanc, la salle de l’Hippodrome (dernière photo) est alors un gigantesque amphithéâtre pouvant accueillir 5 000 spectateurs. Dès 1903, Gaumont y diffuse déjà des films devant un public record digne du futur Zénith, qui verra le jour près d’un siècle plus tard. Dans les années 20, c’est le temps des stars et des starlettes avec le beau Rudolph Valentino et la très belle Renée Adorée, née à Lille en 1898 en même temps que le cinéma. «  La rue de Béthune a compté jusqu’à sept cinémas  », indique Cécile Meura. Aujourd’hui, elle n’en compte plus que deux. Un mauvais film.








vendredi 16 septembre 2016

La politique cinéma de la région à l'honneur !!!

La revue professionnelle Le Film Français met à l'honneur dans son numéro du 16 septembre la politique régionale des Hauts de France en direction du cinéma ! C'est une véritable offensive pour le 7ème Art qu'a engagé le Président de la région Xavier Bertrand épaulé par François Decoster, vice-Président chargé de la culture. L'effort financier est massif et a un but : faire du cinéma l'une des grandes vitrines de la région, un fer de lance culturel, porteur également d'emplois avec une importante visibilité dans les médias nationaux et internationaux. Le budget actuel est multiplié par 2,5, soit 10 millions d'euros par an pour la filière audiovisuelle dans son ensemble, le grand comme le petit écran. "Après l'Ile de France, je veux que les Hauts de France soit la première en province pour la production de films et de séries", a déclaré le Président de la région Xavier Bertrand. De quoi donner du grain à moudre pour ce blog qui a ainsi de longues années devant lui ! C'est donc un plan de soutien massif qui s'engage jusqu'à la fin de l'actuel mandat du Président Bertrand. C'est une volonté de promouvoir la région à travers tous les pans du cinéma : des comédies jusqu'aux séries tv en passant par les films à petit budget ou les productions dites "sérieuses" lorgnant en direction des Palmes d'or et Césars. Les Hauts de France deviennent ainsi une région où la culture est importante : montrer que derrière le Louvre, il y a également d'autres cultures, et notamment celle qui symbolise le dernier siècle: le cinéma ! Le Nord, c'est le cinéma, tel est le credo que nous ne pouvons que soutenir et que l'on devine à la lecture de toutes les pages de ce blog ! C'est Pictanovo qui sort renforcé par ce nouveau coup de fouet et ce dynamisme. L'aide financière aux œuvres grimpe ainsi de 3 à 7,2 millions d'euros. Ce seront ainsi près de 200 œuvres qui peuvent être soutenus ! Xavier Bertrand annonce également qu'il ne s’arrête pas là avec la création prochaine de nouveaux studios dans la métropole lilloise ainsi que dans l'Oise pour accueillir des tournages, en plus de ceux déjà existant à Wallers. Nul doute qu'une Cinémathèque régionale ouverte et populaire, s'intéressant aux créations filmiques des origines à demain en passant par toutes les formes de l'exploitation cinématographique et en privilégiant le spectateur ne peut être qu'un des prochains défis de l'équipe Bertrand. Afin de sauvegarder la mémoire cinéma et de porter le dynamisme en le valorisant, une structure comme une Cinémathèque Régionale ne peut être que fortement souhaité. C'est dès maintenant et sans attendre qu'il faut lancer la viabilité de cette structure, réfléchir à ces objectifs, son mode de fonctionnement, les choix à opérer, sans oublier le pôle structurant d'une Cinémathèque : le spectateur, mais aussi et surtoutse porter en direction du monde scolaire ! Est-ce un vœu pieux ? 




Exposition sur les cinéma roubaisiens

Du 8 au 24 septembre, une belle exposition a lieu à Roubaix sur les cinémas de la ville. Des premières projections jusqu'au Duplexe, Roubaix a vibré au rythme de dizaines de salles de cinéma. Ce sont de très nombreux documents qui seront visibles lors de cette exposition qui se tient notamment à l'occasion des Journées du Patrimoine, montrant ainsi l'importance du 7eme Art dans le patrimoine de la région des Hauts de France ! Rappelons ainsi par la même occasion la conférence de Daniel Granval sur la rue de Béthune, la rue des cinéma à Lille et l'exposition sur les cinémas béthunois. Tous ces événements ont été relatés ici ! 
BAR : 112 avenue Jean-Lebas. Ouvert du jeudi au samedi de 14 h 30 à 18 h 30 et le dimanche 18 septembre.

Un article de Nord Eclair sur cette exposition : 

jeudi 15 septembre 2016

Un groupe facebook sur les cinémas béthunois

On ne peut que saluer et encourager la création d'un nouveau groupe facebook consacré aux cinémas béthunois, à leurs histoires, avec de nombreuses anecdotes et documents !
A l'heure ou l'histoire de l'exploitation cinématographique à Béthune va ouvrir un nouveau chapitre avec la construction et l'ouverture d'un nouveau complexe, il est légitime de sauvegarder ce qui a déjà été fait. Béthune a connu le cinéma depuis la première représentation au théâtre municipal et l'histoire du 7eme Art béthunois fait parti de la grande histoire de la ville et de ses habitants depuis plus de 100 ans.
Puisse cette initiative prendre de l'essor et espérons que d'autres groupes se créeront pour les villes de notre grande région. Il y a tant à faire et tant à sauver et à sauvegarder !

https://www.facebook.com/groups/179752638712028/

A l'occasion des Journées du Patrimoine,  il y aura une exposition sur les Cinémas de Bethune qui a lieu les 17 et 18 Septembre 2016 aux amis du musée rue de la Délivrance à Béthune. 

Un des très nombreux documents de ce groupe facebook !

mardi 13 septembre 2016

Découverte de façade d'un ancien cinéma

Les rénovations urbaines, les changements de propriétaires, les travaux de rénovation permettent parfois de faire de belles trouvailles. C'est le cas en moment à Saint-André-lez-Lille. En effet, les deux enseignes "Le Ratintout" et "Chantecler" viennent d'être redécouvertes à l'occasion de travaux de transformation du bâtiment. Le magasin Oiseau bleu réduit sa surface et la partie libérée va accueillir un magasin de proximité Carrefour. de quoi faire quelques travaux importants de ravalement de façade et de découvrir pour quelques jours les anciennes façades de ces lieux ! 

Un grand merci à Mr Marquizeau et au Syndicat d'initiative de Saint-André pour ces informations et ces photos.





Ces salles ont déjà fait l'objet d'articles sur ce blog à l'adresse ci dessous :
http://cinemasdunord.blogspot.fr/search/label/Saint-Andr%C3%A9-lez-Lille