© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

lundi 26 janvier 2015

De nouvelles infos sur le Studium de Douai

Aurélien Kmieckowiak nous propose une nouvelle photo et quelques renseignements sur le cinéma Studium de Douai. Un grand merci à lui pour ces recherches et sa contribution à l'histoire de l'exploitation cinématographique dans la région. 
Le cinéma a ouvert en 1951 rue de la Cloche il a été le premier a diffusée les grandes production de Hollywood. A cause de la concurrence montante le cinéma a fermée le jour de noël 1987, en mars 1990 la ville de Douai a rachetée le site puis le cinéma a été détruit en fin juillet 1997...
ci-joint une photo de la salle principale peu de temps avant sa fermeture !


lundi 19 janvier 2015

Cinémachina 2015.... encore quelques jours à attendre !



Fidèle à Cinémachina depuis sa création, soutien de première heure à cette brocante-cinéma créée par Daniel Najberg, la Maison Régionale du cinéma sera à nouveau présente ce dimanche 25 janvier dès 9 heures pour présenter ses activités, ses collections, et surtout pour demander le soutien des visiteurs dans la création d'une Véritable Maison Régionale du Cinéma, populaire, ouverte sur le spectateur, et ayant du cinéma une farouche volonté globalisante... TOUT le cinéma intéresse la Maison : les salles et leurs histoires, les films, la distribution, les acteurs, réalisateurs et techniciens natifs de la région, la vision de la région à travers les œuvres cinématographiques, mais aussi les films amateurs et leurs nécessaires conservation, les objets et, plus que tout, l'immatériel, à savoir vos souvenirs car, pour la Maison Régionale du Cinéma, le plus important, c'est vous ! Nous proposerons ce jour un diaporama présentant nos activités et nos partenariats, notamment avec Nord-Tourisme. 2014 a été l'année de la création d'un circuit touristique sur le cinéma et le Nord, une première en France. 2015 : ce projet est toujours dans le catalogue de Nord-Tourisme, mais d'autres événements seront aussi crées ces prochains mois ! Forte de sa légitimité historique (nous fêterons bientôt nos 20 ans d'existence) et amoureuse des gens, du cinéma et de la région, la Maison Régionale du Cinéma attend votre soutient à Cinémachina, encore cette année ! Comme d'habitude, nous parlerons, débattrons, échangerons... afin de montrer que le cinéma et la région sont liés autour de la Maison ! 

vendredi 16 janvier 2015

Le devenir de l'ABC à Tourcoing

l'ABC aujourd'hui, photo de Nord-Eclair, Hubert Van Maele


Que va devenir l'ancien cinéma ABC de Tourcoing ?

Voici un article sur cet ancien cinéma, déniché par l'ami Jean-Marie Prévost et qui est issu de l'excellent Nord-Eclair daté du 4 novembre 2014, signé par Jean-François Rebischung :


La mairie cherche une solution pour préempter les anciennes salles de la rue Nationale. Ce qui gène un de ses propriétaires.

C’est une institution qu’ont connue bon nombre de Tourquennois. Construit en 1938, l’ancien cinéma de la rue Nationale, appelé successivement Central-Ciné, l’ABC et puis Les Arcades, a fermé définitivement ses portes en 2007. La fin d’une longue aventure pour la famille Decavel, toujours propriétaire des lieux. Et qui cherche depuis un acquéreur pour ce site dont la superficie avoisine les 1 000 m2, en plein centre-ville. Sous l’ancienne municipalité, un potentiel acquéreur avait voulu en faire du logement. Mais son projet n’intéressait pas les élus.

Là, les salles sont toujours en vente, pour environ 350 000 euros. Mais c’est l’ancienne salle de sport, qui jouxte l’ex-cinéma qui est aujourd’hui à l’affiche. Son propriétaire est Henri Decavel, fils des fondateurs du cinéma dans les années 30 (dont il est aussi copropriétaire). Il a trouvé un acquéreur pour son bien, d’une superficie de 200 m2. Seulement voilà, la mairie vient de lui refuser un changement de destination. Un document obligatoire pour transformer un local professionnel en logement. Le courrier signé de Gérald Darmanin date du 9 mai. Et si le propriétaire en parle aujourd’hui, ce n’est pas seulement parce qu’il sent qu’il passe à côté d’une transaction. «  Depuis 8 ans, on continue de payer le foncier et l’assurance  », clame le propriétaire. Mais surtout, les acquéreurs potentiels ne sont pas légion. «  Je ne comprends pas, explique le Tourquennois. J’ai lu dans la presse que le maire a dit qu’il manque de logement dans le centre-ville.  » Gérald Darmanin s’explique : « On a là un très beau site, ce serait dommage d’en faire du logement. » En clair, le premier magistrat verrait bien là une activité… commerciale ou culturelle. Bref, un équipement de nature à redynamiser le centre-ville.
Pendant sa campagne, Gérald Darmanin avait dit qu’il proposerait à des enseignes «  qui sont de véritables moteurs (il citait Zara et H&M, NDLR) de s’implanter dans notre ville  ». Le candidat promettait même, afin de les encourager, de proposer une exonération de taxe foncière la première année. L’ancien cinéma de la rue Nationale et l’ancienne salle de sport pourraient évidemment offrir une belle opportunité au maire de tenir cette promesse de campagne. Mais en attendant, Henri Decavel continue, lui, de payer sa taxe foncière.
Toutefois, conscient également que sa décision de ne pas accorder le changement de destination est parfaitement attaquable, le maire promet de vite trouver une solution. Gérald Darmanin avance l’idée de préempter l’ancien cinéma et l’ancienne salle de sport (qui dispose d’une entrée rue Saint-Jacques). Mais la municipalité n’en a pas les moyens. Aussi, le premier magistrat avance-t-il l’idée de demander à la communauté urbaine de Lille. L’élu s’est fixé une date butoir  : le 1er décembre. Après celle-ci, on pourrait donc savoir quel scénario se dessinera pour l’ancien ABC.

Dilemme

Si l’ancien cinéma avait fermé en 2007, c’est qu’il n’était plus attractif et que se profilait à l’horizon l’ouverture du nouveau cinéma de l’Espace Saint-Christophe. Et aussi que les habitudes des consommateurs ont changé : elle est déjà loin l’époque où Tourcoing comptait plusieurs cinémas, dont deux en centre-ville… Aujourd’hui se repose la question de l’avenir de ce site avec, en face, deux réalités : on n’a toujours pas trouvé l’enseigne ou la structure qui servira de locomotive au centre-ville, malgré l’ouverture de l’Espace Saint-Christophe ou de Tourcoing-les-Bains. La nouvelle municipalité en a conscience. Toutefois, comme l’a rappelé Gérald Darmanin dernièrement, le centre-ville est aussi le quartier de Tourcoing le moins dense en population. Et de nouveaux habitants pourraient aussi signifier du pouvoir d’achat.



L'ABC en 1993

mercredi 14 janvier 2015

Un SoldatenKino à Sin-le-Noble !

L'ami Bernard Warin a déniché sur un site de vente d'objets de collection, une carte postale ancienne montrant les ruines d'un SoldatenKino à Sin-le-Noble. Carte postale ancienne très intéressante et ultra rare car les cinémas de guerre ne sont pas légion dans la région... à moins que ce ne soit une contre-vérité et qu'au contraire,il y en avait bien plus que ce qu'on pensait ! 
Désolé pour le indications inscrites sur la carte postale, les sites de vente sont des sites marchands et certains souhaitant faire du profit sur les documents qu'ils mettent en ligne pour le vendre. Nous,ce qui nous intéresse, c'est la valeur patrimoniale de ce document et l'envie de le partager et de le sauvegarder dans la mémoire cinématographique de notre région.


J'ai essayé d'agrandir le centre de l'image pour voir s'il s'agit bien d'appareils de projection...Est-ce ben cela ?
Des historiens et érudits locaux de Sin-le-Noble pourrait également nous éclairer sur la présence de ce cinéma allemand, ne serait ce qu'au niveau de sa localisation. 



jeudi 8 janvier 2015

Le Royal Palace d'Aniche



Un grand merci à Jean-Marie Prévost et à ses recherches. Grâce à lui, nous pouvons évoquer dans ce blog, le Royal Palace d'Aniche'. C'est un cinéma qui n'existe plus. Il est aujourd'hui remplacé par la Poste qui est à sa place.  Ce cinéma se trouvait au 17 rue Patoux.
Pour ces recherches et les informations qui vont suivre, un grand merci à Mr Diverchy.
Ce cinéma de 700 places était géré par la société S.A. anichoise d'exploitation des cinémas. En 1963, le président est Mr Lehoucq et le directeur est Mr Thibault. Il y a alors 4 représentations par semaine.

Voici les propos recueillis auprès de Mr Paul Thibault, ancien concierge du cinéma.
Le 1er cinéma est appelé « Cinéma Cochon » ! Il a été acheté par la Compagnie des Mines d’Aniche et a ouvert en 1909. Son premier concierge est Mr Cochon Léon en 1926
Autres concierges : Mr et Mme Deloffre-Biat
Mr Dislaire Jules et Mme Fassiausx Raymonde (1931).
Mr et Mme Thibault Paul de 1936 à 1969. Tel N°101 en 1937.
Ce cinéma appartenait aux Mines d’Aniche à 50%, à  la Verrerie Drion à 10 %, à La Verrerie Boussois à 20 %, et au  Public à 10%.
La Société s’appelait la SAEC Société Anichoise d’Exploitation Cinématographique
A la fermeture du cinéma, la ville d’Aniche acheta l’ensemble des bâtiments et y créa « La maison des Jeunes » pour quelques années. Par la suite, le bâtiment fut démoli pour y faire la nouvelle poste d’Aniche qui fut inaugurée en 1984 par Mr Quiquenpois, Maire.  

Ci-dessous, deux photos de l'entrée du Royal Palace. Comme on le distingue sur les deux clichés, l'entrée est toute petite avec, bien visible sur la photo en couleurs, des néons indiquant le nom de l'établissement ! 

Merci à :  Mrs Debève, Crapet et Diverchy
Crédit Photos : Histoire Locale d'Aniche - Société d'Histoire d'Aniche




Merci au blog de lea verrerie d'Aniche : http://www.la-retro-d-aniche.com/