© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 26 septembre 2014

Encore un film en tournage dans le secteur de Saint-Omer...

Près de Saint-Omer, un nouveau tournage est annoncé. Après Luchini pour un film de Christian Vincent sur le monde de la justice, c'est Sophie Marceau qui s'installera à proximité de Saint-Omer afin de tourner un long métrage dont le cadre est un manoir. une fois de plus, il est intéressant de noter la force de persuasion des équipes de Pictanovo à promouvoir la région, on félicitera le système des villes partenaires du système Film Friendly. Encore une fois, c'est le cadre, le lieu qui sont choisis, un manoir en province pour ce film, et cela ne semble pas jouer sur les clichés propres aux tournages dans le Nord (délinquance, misérabilisme social, chômage, etc...). Film Friendly est un système de liens visant à promouvoir les villes associées à Pictanovo, pour montrer leurs beautés et leurs richesses afin d'y faire venir des équipes de tournage. Voici par exemple la fiche film Friendly de Saint-Omer : https://www.flickr.com/photos/pictanovo/sets/72157637302873235/ 
La Voix du Nord, édition de Saint-Omer  dans un article signé Jean-Marc Szuba, nous relate en quelques mots l'annonce de ce tournage blendecquois : 

" Séduite par les châteaux de Blendecques, une société de production a décidé d’y tourner un film. Sophie Marceau jouera le rôle d’une femme seule qui se souvient de son passé.
« Blendecques a compté jusqu’à 22 châteaux. Il en reste seize », note Rachid Ben Amor, maire. Voilà qui explique pourquoi une équipe de repérage est venue, pilotée par Catherine Delepouve, adjointe. « L’équipe a d’abord visité le château Houzet. Mais il y avait trop de mobilier qui aurait pu souffrir de déplacements et qui aurait restreint l’installation de décors. Finalement, c’est juste à côté, au château Neuville, rue Georges-Cartiaux, que les techniciens ont trouvé ce qui leur convenait. L’édifice est à vendre et il est vide. »
Le tournage, à Blendecques, est prévu du 15 au 31 octobre. La rue sera interdite à la circulation sauf pour les riverains. L’équipe de production (une quarantaine de personnes), qui disposera d’un camion cuisine, demandera une salle pour les repas du midi. « Il va falloir gérer le public car, Sophie Marceau, c’est un nom », remarque le maire.
« En tant que maire, je suis très heureux, c’est une grande fierté. Ça va dans le sens de notre programme électoral qui était de soigner et réhabiliter notre patrimoine dont la qualité va ainsi être mise en avant », poursuit le maire de Blendecques.
Sophie Marceau, née en 1966, est une des actrices préférées des Français. En raison d’une longue carrière et certainement en lien avec son début. Rappelez-vous La Boum (deux épisodes) où elle joue le rôle d’une adolescente de 14ans, qui se cherchait, et qui trouvait parfois une écoute auprès de sa grand-mère (Denise Grey).
Par la suite, Sophie Marceau a joué des rôles très divers. Le film qu’elle tournera à Blendecques s’appelle Une Histoire d’âme, d’après un scénario original d’Ingmar Bergman. C’est l’histoire de Viktoria, profondément seule, qui se parle à elle-même et qui semble jouer plusieurs rôles. "

L'un des très nombreux châteaux-manoirs de Blendecques est
aujourd'hui devenu la mairie de cette commune près de Saint-Omer.
C'est dans le style de cette demeure, à quelques centaines de mètres de là que se déroulera le tournage. 



dimanche 21 septembre 2014

Bienvenue aux Lumières d'Armentières !

La semaine dernière, un nouveau complexe cinéma est né dans la région : les Lumières ! Déjà évoqué sur ce blog, ce nouveau complexe est aussi le résultat d'un très beau travail de reconversion d'un ancien site industriel ! 

Vous trouverez ci-dessous l'article que la voix du Nord a consacré à cette inauguration, ainsi que les trois photos du journal : 

Depuis fin juin, Armentières a de nouveau un cinéma, avec cinq salles en centre-ville. L’inauguration officielle a eu lieu ce jeudi soir, avec pour parrain Christophe Rossignon, producteur des films, entre autres, de Kassovitz, et en présence des femmes panthères. Peu de « people », mais beaucoup de peuple.

Il a ouvert discrètement au début de l’été. Moins de trois mois plus tard, le cinéma les Lumières commence à avoir ses fidèles. Il ne lui manquait plus qu’une inauguration. « Une petite coupe pour un grand pas vers la culture », a soufflé Bernard Hesebroeck, le maire d’Armentières en maniant les ciseaux, soulagé de voir aboutir un dossier qu’il a défendu et porté, aidé par son voisin, Bernard Coisne, maire de la Chapelle-d’Armentières, seul du secteur à avoir accepté de participer financièrement à l’aventure. Car c’en fut une. Jeter son dévolu sur une friche pour y imaginer un cinéma, dans une ville qui n’en avait plus depuis dix-sept ans n’était pas un pari simple.
Il a fallu convaincre mais au final, le défi est relevé. Le groupement d’architectes Cattani-Maes, à qui on doit aussi l’Hermitage Gantois à Lille, a fait un travail remarquable. Eiffage construction a tenu le chantier dans les temps. « Parlez de ce beau cinéma autour de vous. Venez et faites venir ! », a exhorté Marie-Laure Couderc, directrice de la holding les Lumières.
Elle a passé la parole à Christophe Rossignon, homme du Nord (il est de l’Avesnois) et de cinéma (il a obtenu le César du meilleur producteur pour le film La haine).

MERCI AUX ÉLUS

On rencontre peu d’hommes de sa trempe qui font une déclaration aux élus. Lui l’a fait. «Mon métier n’a aucune finalité si des lieux comme celui-là n’existent pas. Je suis ému, parce que même si Kinépolis existe, ici, nous sommes dans un cinéma de centre-ville. » Il s’est dit heureux de voir que l’argent public aille aussi vers la culture. « C’est une formule terrible que d’entendre que les politiques c’est bonnet blanc et blanc bonnet. Ici, deux maires se sont associés. Je leur dis merci »
Des mercis, il en fut encore longuement question dans les discours qui ont suivi en salle 3, la plus grande, comble d’Armentiérois et de partenaires du projet.
Il n’y a plus qu’à souhaiter qu’ils reviennent dans ce qui est désormais leur « ciné ». De leur fréquentation dépendra le décollage de la galerie commerciale, prévue pour accueillir, à terme, des boutiques et des restaurants…

EN QUELQUES DATES

– 1997. Le Rex, dernier cinéma d’Armentières, ferme ses portes sur une programmation au titre prémonitoire, Tout doit disparaître.
– Avril 2001. Inscription à l’inventaire du patrimoine des monuments historiques de l’ancienne maison de commerce Mahieu, qui cessa ses activités textiles en 1960.
– 2003. Arrêt des activités de l’entreprise de couverture Beaudeux sur ce site, qui devient une friche. L’endroit, intéressant avec sa rue couverte, est pressenti pour être transformé en cinéma.
– 2007. Inauguration de la Médiathèque l’Albatros, qui marque un premier changement d’importance dans le renouveau du quartier de la gare.
– 2008. Ouverture du parking silo de 450 places pour créer un pôle d’échanges multimodal avec la gare routière et la gare ferroviaire.
– Mars 2013. Pose de la première pierre du complexe cinématographique après près de dix années d’études.

– Juin 2014. Le cinéma les Lumières ouvre ses portes, dirigé par Marc Landry. Cinq salles et 720 places sont ouvertes au public. Quatre personnes y travaillent, trois hommes et une femme, Catherine Stelandre.





jeudi 18 septembre 2014

Des nouvelles des Stars de Boulogne !

La Voix du Nord a récemment publié un article complet sur les changements au cinéma boulonnais les Stars. Voici l'article. N'hésitez pas à cliquer sur les images pour les agrandir ! 



lundi 15 septembre 2014

Un tournage à Saint-Omer

Dans quelques jours, les caméras de Christian Vincent vont se poser à Saint-Omer afin de tourner un long métrage cinéma avec Fabrice Luchini. Le réalisateur a déjà choisi cette ville du pas-de-Calais pour sa précédente oeuvre, un téléfilm adapté d'une oeuvre de Simenon et dont le titre est "Les complices" pour France Télévisions. Nous avions évoqué ce précédent tournage sur ce blog. Cette fois, c'est pour le cinéma que le réalisateur, notamment de la Discrète, déjà avec Luchini et l'excellente et trop rare Judith Henry, vient à Saint-Omer pour un film intitulé pour l'instant "L'Hermine". Une fois de plus, le Nord-Pas-de-Calais sort des poncifs et clichés véhiculés puisque l'histoire contée dans ce film aurait pu se passer n'importe où. Vincent souhaitait une petite ville de province bien tranquille, et c'est Saint-Omer qui a été choisi. Le"pitch" ? Un grand juge en fin de carrière - alias Luchini - voit sa vie bouleversé suite aux procès qu'il instruit... Hélas trop petit, le tribunal de la cité audomaroise n'accueillera pas les prises de vues qui seront faites en studio. Mais tous les extérieurs auront pour cadre Saint-Omer, et notamment la rue des Tribunaux et la rue Saint-Sépulcre. Repérages et chasse aux figurants ont lieu actuellement... 

Ci dessous, un excellent article de la Voix du Nord daté du 5 septembre 2014, signé David Monnery... 


Les caméras de cinéma arrivent à Saint-Omer. Le réalisateur Christian Vincent, qui connaît l’Audomarois pour y avoir tourné un téléfilm en 2013, projette de tourner dans la cité maraîchère durant trois à quatre semaines, en octobre. Un long-métrage, cette fois, avec Fabrice Luchini en vedette, s’il vous plaît.
Nous avons croisé le réalisateur Christian Vincent dans la rue Saint-Bertin, tout à fait par hasard cette semaine, alors qu’il marchait avec quelques collaborateurs. « Nous sommes en repérage pour mon prochain film. Nous viendrons tourner ici au mois d’octobre », a-t-il pris le temps de nous confier.
La mairie confirme avoir reçu les demandes de tournage pour une durée de trois à quatre semaines dans les rues du centre de Saint-Omer. La rue Saint-Séplucre et les abords du palais de justice devraient notamment servir de décor naturel au film. Un lieu fort à propos sachant que « le film tournera autour d’un président de cour d’assises », nous a indiqué le réalisateur, cette semaine.
Ce projet de réalisation, Christian Vincent en avait déjà fait part dans nos colonnes en novembre 2013, lorsqu’il était venu à Ociné pour assister à l’avant-première du téléfilm Les Complices, une adaptation d’un roman de Georges Simenon pour France 3 tourné en grande partie dans l’Audomarois.
L’Hermine, le nom sous lequel ce futur long-métrage est actuellement connu, mettra en scène « un président de cour d’assises, en fin de carrière, seul et craint de tous. L’histoire débute la veille du procès, il se passera quelque chose au cours de l’audience qui va tout changer », nous avait alors expliqué Christian Vincent. Ce rôle, il déclarait l’avoir écrit sur mesure « pour Fabrice Luchini ». Qui l’aurait donc accepté puisque l’acteur doit être en résidence dans l’Audomarois durant les trois à quatre semaines de tournage. La chasse aux autographes et aux selfies sera bientôt ouverte.
L'église Saint-Sépulcre dans la rue du même nom devrait être visible dans le prochain film de Christian Vincent

mercredi 10 septembre 2014

Encore des photos des cinémas douaisiens !

Aurelien Kmieckowiak a l'art de nous régaler au compte-gouttes de ces photos des cinémas douaisiens. Après deux lichés consacrés au Palace et aux Arcades, voici une série de clichés sur le Studium, grande salle douaisienne, disparu dans les années 90 pour laisser place à un immeuble. 
Nous trouvons ainsi la cabine de ce cinéma en octobre 1996, la façade délabrée à la même date, et la première nous fait visiter l'intérieur, même date, sachant que la salle était à l'abandon depuis 1988 ! 

Enfin les deux derniers clichés que propose Aurélien sont issus du cinéma Les Arcades, fermé le 19 décembre 2000, mais toujours debout. Ce cinéma doit être prochainement transformé en centre de sport

Encore merci à Aurélien de nous faire partager ces clichés et ces découvertes !



















lundi 8 septembre 2014

Deux photos inédites des cinémas douaisiens !

Un grand merci à Aurelien Kmieckowiak, lecteur de ce blog qui nous propose une superbe photos, rares, inédites, étonnantes sur la destruction de l'ex cinéma Palace de Douai, effectuée en 2000 ! Comme il a déjà été mentionné sur ce blog, il s'agissait d'une salle ayant un passé, une âme, un vécu avec une façade typique de la Belle Epoque - années 20, et le tout a été massacré en septembre 2000, sans aucun effort de restructuration, réhabilitation par l'ancien maire de Douai ! Ce qui est beau dans cette photo, c'est qu'on voit et devine l'intérieur de ce temple du 7eme Art avec un beau double escalier ! Si quelqu'un a des photos de l'intérieur, nous sommes preneur ! 
La seconde photo montre la façade du cinéma Les Arcades (on rêve que ce lieu devienne une Maison Régionale du Cinéma - mais c'est du rêve !). Elle a été prise en décembre 2002. Deux films sont encore à l'affiche, preuve de la fermeture récente avec une façade encore relativement épargnée par l'usure du temps. Aurélien se souvient notamment que sa sœur est allé voir dans ce cinéma le film Titanic de Cameron et que, comme dans beaucoup de salles en France à l'époque, il y avait une file d'attente qui continuait jusque dans la rue ! 
Encore merci à Aurélien !



mercredi 3 septembre 2014

Les cinémas de Annoeullin

Un lecteur de ce blog, Marc Cretal, nous envoie quelques informations sur les cinémas de Annoeullin et deux cartes postales anciennes montrant les cinémas. Qu'il soit vivement remercié pour cette contribution ! 

Beaucoup de mal pour lire les affiches de ce cinéma pour déterminer la date... Si quelqu'un a une bonne vue, qu'il n'hésite pas à me donner la réponse ! 

Annoeullin comptait 2 cinémas après la guerre : 
- Les Variétés chez Deribreu rue Pierre Ogée. Ce cinéma a existait depuis les années 1920, et a fermé dans les années 70 !
- Le Familia depuis la fin de la seconde guerre mondiale, fondé et géré par Mr le Doyen, prêtre de la paroisse Saint-Martin. Ce cinéma a disparu suite à l'effondrement de sa toiture (heureusement le cinéma était vide !) dans les années 1970.

Même rue que la première carte, la rue Ogez, mais cette fois dans les années 50, alors que celle du haut nous plonge dans les années 30 - 30...