© Olivier JOOS - 2009/2015

Toute utilisation, totale ou partielle, des éléments contenus dans ce blog est strictement prohibée sans l'accord de son auteur.

Par politesse, merci de demander l'avis du rédacteur de ce blog avant de faire usage des textes et documents !!!

Toute citation du texte du blog ou des documents publiés doivent IMPERATIVEMENT être accompagnés de la mention :

"© Olivier JOOS http://cinemasdunord.blogspot.com/"

Le contenu de ce blog, les informations et documents sont répertoriés par OLIVIER JOOS. Ses avis et commentaires n'engagent que lui ! Le but de ce blog est de promouvoir et de créer une véritable Cinémathéque régionale Nord-Pas-de-Calais et Picardie, libre, populaire et ouverte, facilement accessible en plaçant le spectateur et la salle de cinéma au centre des recherches. C'est en soutenant ce choix qu'un tel lieu peut voir le jour ! CINEMASDUNORD, LE SEUL SITE INTERNET QUI PARLE DE CINEMA (salles et films tournés dans la région) DANS LA GRANDE REGION DES HAUTS DE FRANCE

vendredi 23 avril 2010

Le blog au forum d'histoire régionale de Fruges


Dans une semaine, le blog cinemasdunord s'installera au 5ème forum d'histoire régionale de Fruges, organisé par le Comité d'Histoire du Haut-Pays. Cette manifestation gratuite qui se déroule salle Francis Sagot, propose une série d'expositions et des rencontres avec des associations historiques et généalogiques, mais aussi des auteurs, des généalogistes, des éditeurs, des blogueurs,... et c'est donc tout naturellement que le blog cinemasdunord a été invité, pour la première fois, a participé à ce forum qui, peu à peu, prend une véritable renommée régionale. Pendant 2 jours, je présenterais un diaporama des salles de cinéma de la région sur grand écran grâce à un vidéo-projecteur, des photos de salles de cinéma intérieur comme extérieur, des programmes,... seront exposés et je rédigerais la fiche concernant la salle de cinéma de la ville de Fruges, le Châtelet, en receuillant les informations et anecdotes que les frugeois en visite au forum voudront bien me laisser.


Voici le lien internet du Comité d'Histoire du Haut-Pays où vous trouverez toutes les informations pratiques, les participants, les horaires,... :




Voici le lien Google StreetView montrant la façade de l'ancien cinéma Châtelet, actuellement magasin Texti :


Ci-dessous le lien Google StreetView montrant l'entrée de la voie sans-issue qui permet de rejoindre l'espace Franis Sagot ou se déroulera le forum d'histoire régionale. Exceptionnel, sur la gauche du cliché, des bancs de l'ancien cinéma Le Châtelet mis en vente chez un antiquaire à l'entrée de cette voie et qui sont actuellement à l'extérieur de cette boutique :

mardi 20 avril 2010

Le Colisée de Bruay-en-Artois

Voici en 1996 la façade emmurée du cinéma Colisée de Bruay-Labuissière, anciennement Bruay-en-Artois. Située au 41 rue Léon Doyelle, près de l'hotel de ville, la batisse occupait un espace très volumineux, aujourd'hui un trou béant, un immense terrain vague. Cette salle a été inauguré en 1952 avec le film « Le vicomte de Bragelonne ». Elle n'a pratiquemment pas été modifiée jusqu'à sa fermeture le 1er janvier 1982. Gigantesque, la salle pouvait acceuillir 1315 spectateurs. La ville de Bruay a alors de très nombreux cinémas. De la Belle Epoque jusque dans les années 60, Bruay a connu beaucoup de cinémas : le Rex, le Pax, le Modern, le Capitole, le Skating, le Familia,etc... l'histoire de l'exploitation cinématographhique bruaysienne est riche et méritera très bientôt de nouveaux messages sur ce blog (si vous êtes bruaysien, et si le coeur vous en dit, n'hésitez pas à faire des recherches, sur un ou plusieurs cinémas, je serais enchanté de vous acceuillir ici...)

La construction du Colisée a pour origine une association, un mariage entre des acteurs importants de la cinématographie régionale : le groupe Bertrand qui domine alors les salles du bassin minier et qui cherche, encore à l'époque à s'étendre à l'ouest du bassin minier, le groupe Deconinck qui possède alors de très nombreuses salles dans l'agglomération lilloise et qui cherche ainsi à investir dans le Pas-de-Calais. Et enfin, troisième acteur de cette association, le groupe de distribution Bruitte et Delemar qui souhaite alors investir dans l'aval de son coeur de métier, à savoir l'exploitation. Ces trois groupes ont alors pour ambition de créer ensemble une chainede grande salles de spectacles populaires. Ils forment ensemble la C.E.G.C., la Compagnie d'Etudes et de Gestions Cinématographiques. Et c'est Bruay, alors ville de 65.000 habitants, qui est choisi pour acceuillir la première réalisation de ce nouveau groupe. L'architecte de ce batiment est Edouard Lardillier. Celui-ci doit élaborer une salle sur une vaste surface, en plein centre ville, avec deux façades : la façade principale rue léon Doyelle et la façade secondaire place de l'hôtel de ville. D'une rue à l'autre, le Colisée mesure 56 mètres de profondeur pour une largeur de 23 mètres. Après l'entrée, le spectateur aboutit dans un grand hall-foyer de 16 mètres de largeur sur plus de 8 mètres de profondeur ou est aménagé un grand bar de 14 mètres. La salle proprement dite mesure 33 mètres sur 23. Elle comprend un balcon de 400 places et un parterre de 1000 places. La scène est capable d'acceuillir des orchestres ou des tournées de music-hall. On ne sait, pour l'instant, si le Colisée a pu recevoir des spectacles vivants, des musiciens, des chanteurs, à l'instar de l'Apollo lensois. L'écran de cinéma mesure, lui, 7 mètres de haut sur 13 mètres de long. Le directeur du cinéma loge sur place dans un appartement de 90 mètres carrés.

Première réalisation du C.E.G.C., je ne sais, pour l'instant, si le cinéma Colisée de Bruay, est la seule réalisation de ce groupe composé de trois géants du cinéma régional.
Le premier document est une photo du Colisée prise en 1996.
Le second document est le plan de construction du Colisée. Ce plan a été publié dans la revue La Cinématographie française n° 1577 du samedi 17 juillet 1954. Un grand merci à Robert Mawet pour ce document intéressant et qui change des inévitables programmes et cartes postales anciennes.
Voici le lien Google Map qui permet de visualiser l'emplacement aujourd'hui laissé vaccant du Colisée bruaysien. Il s'agit de l'immense terrain vague au centre de l'image.
http://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UTF8&q=bruay&fb=1&gl=fr&ei=kbHMS9mwDZeqjAf9haSiDw&ved=0CBYQpQY&view=map&geocode=FYVMAgMdjd4mAA&split=0&hq=&hnear=Bruay-la-Buissi%C3%A8re,+Pas-de-Calais,+Nord-Pas-de-Calais&ll=50.4815,2.545593&spn=0.001004,0.003428&t=h&z=18
Si vous avez connu le Colisée, si vous avez des souvenirs, si vous avez un ticket de cinéma du Colisée, un programme, une anecdote, une photo d'un de vos proches ou on distingue ce cinéma en arrière-plan, alors, n'hésitez pas à me contacter; Un grand merci d'avance !!

vendredi 16 avril 2010

L'Aréa d'Aire-sur-la-Lys


Place du château trône la vaste batisse toute en blanc cassé du cinéma Aréa. Cette salle est actuellement gérée par la communauté de communes du pays d'Aire-sur-la-Lys. Alors que depuis quelques années ce cinéma était fermé par un manque évident de spectateurs (parfois à peine trois relate même l'hebdomadaire local), c'est début 2010 que la municipalité airoise décide de rouvrir la salle, uniquement chaque première semaine du mois à des tarifs attractifs et proposant des succès reconnus afin d'attirer le spectateur lambda qui ne peut se déplacer vers les grands centres cinématographiques du voisinnage comme le O'Ciné de Saint-Omer ou le complexe Méga CGR de Bruay-Labuissière. Ces séances du début du mois sont prévus, théoriquement, pour commencer en octobre 2010. A moins que d'ici là, les aléas municipaux ne mettent à mal cette volonté de reprendre les séances.

Cette salle de l'Aréa a un véritable potentiel puisque seule grande salle du secteur, mais elle a aussi du vécu. En effet, elle existe depuis environ 1926 (on peut distinguer le bâtiment en arrière de la façade) et c'est d'abord appelé le Ciné-Théâtre, ensuite le Palais des Fêtes avant de devenir pendant de très longues années le Modern'Cinéma dirigé par André Leleu (nous reviendrons bien sur plus longuement sur cette période dans un prochain message). C'est en 1985 que le successeur de Leleu, Jo Pecourt, qui avait repris le Modern' en 1975, ferme la salle airoise afin de lancer le cinéma des Trois As au Touquet, éteignant ainsi le projecteur d'une commune qui a connu de nombreux cinémas : le Prado, rue du château, le Royal, rue de Brabant, à des époques diverses pendant le premier siècle du cinéma. Après quasiment dix ans de fermeture totale, le Modern' est enfin repris par la municipalité qui souhaite ainsi redonner des séances de cinéma.


Le premier film projeté est le Roi Lion, un Disney, succès assuré... Sur un écran de 12 mètres de long, et pour un total possible de 266 spectateurs, vont su succéder pendant quasiment 10 ans des séances de cinéma dans cette salle unique. L'appareil est un projecteur Kinoton 35 mm, identique à ceux utilisés à l'UGC de Lille ou, jadis, au Rex, rue d'Arras, à Saint-Omer. La sonorisation se fait en Dolby SR. Le projectionniste attitré de l'Aréa est M. Degrace qui exerce dans l'établissement depuis sa réouverture en 1995. Les séances attirent de moins en moins les foules. Les raisons possibles sont la modernisation des salles de Saint-Omer, la construction d'un complexe à Bruay, voir même plus loin la possible influence du Kinepolis de Lomme qui est à 50 minutes d'Aire. Le projecteur finit par s'éteindre pour le public souhaitant se faire une toile un soir. L'Aréa continue cependant de vivoter au grè des demandes et des souhaits de la municipalité, suivant les occasions et les opportunités. Le site ne ferme donc pas complètement. Ainsi, la salle a proposé du cinéma l'hiver dernier avec le dernier Besson et son Arthur. Succès assuré. Dernièrement, c'est le Crédit Agricole qui y a organisé un séminaire d'entreprise. Il y a eu aussi des spectacles de danse, de chorale, des galas de Noël, des spectacles d'écoles, des concerts... La salle retrouve aussi régulièrement sa fonction cinématographique en proposant des séances dans le cadre de Cinéligue et Lycée au cinéma : des classes des deux lycées airois viennent fréquemment à l'Aréa voir des grands classiques, les étudier dans des conditions optimales. Récemment, il y a ainsi eu Freaks de Tod Browning ou La Cérémonie de Chabrol.




Un des problèmes qui va se poser à l'Aréa, comme dans de nombreuses petites salles de la région est le passage, d'ici 5 ans au numérique. Alors que le souhait de la mairie est donc de reprendre des séances de cinéma avec une plus grande régularité, le soucis va rapidement venir du problème de la modernisation de la cabine de projection, à l'instar de ce qui se passe au cinéma de Montreuil, par exemple. Affaire à suivre...


mardi 13 avril 2010

Le Caméo de Trelon

Un grand merci à Jean-Marie Prévost pour cette image Google Street View du Caméo de Trelon. Cette salle, dont le bâtiment existe encore, de 385 places dans les années 50 est situé au 24 rue Victor Hugo (ou au numéro 30 de cette même rue). Ce petit cinéma était dirigé par M. Février.

http://maps.google.fr/maps?f=q&source=s_q&hl=fr&geocode=&sll=50.037738,4.113007&sspn=0.196695,0.438766&ie=UTF8&hq=&hnear=Tr%C3%A9lon,+Nord,+Nord-Pas-de-Calais&t=h&layer=xc&g=trelon&ll=50.05791,4.106827&spn=0,0.054846&z=14&cbll=50.057796,4.106974&panoid=cE6oWnNAZC8cIndccfIqcQ&cbp=12,251.09,,1,6.5

Légende du document : la rue Victor Hugo. Mais ou se trouvait précisément le Caméo par rapport à cette vue ?? , si un lecteur de cette commune peut nous éclairer... la moindre information est essentielle.

lundi 12 avril 2010

Un nouveau document sur le cinéma Français d'Auchel


Un grand merci à un lecteur de ce blog pour l'envoi de ce document, une carte postale ancienne ou on voit sur le haut, à droite, l'enseigne du cinéma Français d'Auchel.
Pour voir sur Google StreetView ce qu'est devenue cette salle cliquez sur le lien, mais c'est encore un cinéma à l'abandon,... Si un lecteur a la gentillesse de nous communiquer sur l'état de la salle aujourd'hui, sur son propriétaire, etc...

mercredi 7 avril 2010

Deux manifestations importantes début mai !!

Deux manifestations importantes consacrées aux salles de cinéma et à l'histoire de l'exploitation cinématographique se dérouleront début mai 2010 dans la région :
- Votre serviteur, le rédacteur de ce blog, tiendra tout d'abord un stand lors du Vème forum histoire et généalogie organisé par le Comité d'histoire du Haut Pays qui se tiendra à Fruges les 1er et 2 mai dans la salle Francis Sagot. Ce salon réunit les passionnés d'histoire locale et de généalogie, des éditeurs, des centres d'archives, des auteurs, des associations d'histoire locale, des blogueurs, des expositions,... Le blog http://cinemasdunord.blogspot.com/ y tiendra un stand avec projection au vidéoprojecteur sur grand écran de ce blog, et d'un diaporama avec documents inédits. De plus, je receuillerais les témoignages des habitants de Fruges et environs afin de réaliser, pendant ces deux jours, une fiche consacrée à l'ancien cinéma Châtelet de Fruges, aujourd'hui le magasin Texti. Venez nombreux pour faire de ce forum une réussite.
Site du comité d'Histoire du Haut Pays : http://site.histoirehautpays.com/ N'hésitez pas à consulter la rubrique forum sur ce site afin de voir l'ensemble des participants.
- Second événement début mai, du 30 avril au 7 mai, le Club Cinéma de Merville de l'irremplaçable Daniel Granval fête ses trente ans. A cette occasion, deux belles expositions vont fêter l'événement : une exposition de photographies d'anciennes salles de cinéma de la région ainsi qu'une exposition de matériel ancien, de vieux projecteurs,.. Toutes les deux se tiendront dans l'ancienne église de Caudescure. Un livret commémorant les trente ans de cette association sortira à cette occasion, et bien sur, une fiche sur cette association célébrera l'événement sur ce blog. Nous en reparlerons bien sur !! Le blog cinemasdunord vous recommande très chaudement bien sur cette manifestation.
Site internet du Club Cinéma de Merville : http://clubcinema-merville.ifrance.com/ : Jetez un oeil à l'ensemble des célébrations du trentième anniversaire du ClubCinéma mervillois.

lundi 5 avril 2010

Le Ciné-Plouich de Marcq-en-Baroeul



Ce cinéma paroissial date de 1925 et peut recevoir 290 spectateurs. Son patronyme de Plouich provient du nom du lieu dit, le hameau Le Plouich aujourd'hui parfaitement intégré avec l'extension urbaine de la ville suite à l'industrialisation. Le « Ciné Le Plouich » a toujours été administré par la paroisse par l'Abbé Guermonprez puis par l'Abbé Vandamme. Comme les logements de cette rue, le cinéma est l'œuvre de James Schwoob, créateur de l'entreprise La Cotonnière de Fives, repris ensuite par Boussac. Schwoob a fait construire des maisons pour son personnel, ainsi qu'un cinéma. Les anciens du quartier se rappellent que les séances de projections étaient annoncées en chaire, au cours de la messe dominicale, avec parfois quelques quiproquos. Des titres faisaient sourire comme « Aujourd'hui dimanche, à 16 heures, au Cinéma Le Plouich, la femme que j'ai le plus aimé » ! La concurrence de la télévision fut rude et le cinéma dut fermer en 1976. En janvier 1981, la ville prit la décision de racheter la salle et de la réhabiliter. En 1983, elle reçoit le nom de salle Bourvil, juste retour au cinéma.
Les informations sont tirées notamment de la page 251 d'un ouvrage consacré à Marc-en-Baroeul à travers les noms de rues, de Patrick Ansar
Lien Google streetView pour aller voir ce qu'est devenu la Ciné-Plouich. On devine encore très bien l'ancienne fonction de cette salle et sa juxtaposition avec l'église montre bien le lien fort avec les autorités ecclésiastiques :
http://maps.google.fr/maps?hl=fr&q=rue+des+tisserands+marcq&ie=UTF8&hq=&hnear=Rue+des+Tisserands,+59700+Marcq-en-Baroeul,+Nord,+Nord-Pas-de-Calais&ll=50.658605,3.079805&spn=0.000474,0.001418&t=h&z=20&layer=c&cbll=50.65862,3.079698&panoid=5Cjgd_-4OLkXyqEHBFjc9g&cbp=12,55.13,,0,5

vendredi 2 avril 2010

L'AMC de Dunkerque


C'est à Dunkerque, au nouveau centre commercial nommé Pôle Marine, à une centaine de mètres du port qu'a été inauguré en novembre 1999 le complexe cinématographique AMC. Le pôle Marine et ses cinémas sont au cœur du projet d'urbanisme Neptune, qui a reconquis les friches portuaires du centre de Dunkerque. Malgré son aspect de bunker aux couleurs sombres, le Pôle Marine essaie tant bien que mal de se faire une place dans le paysage commercial ultra concurrentiel du littoral, entre le centre-ville dynamique et la réussite de la Cité de l'Europe de la rivale calaisienne à quelques kilomètres de là. C'est le film « La Bûche » de Danielle Thompson, en présence de toute l'équipe du film, qui inaugure l'AMC. Il est la seule implantation française, et probablement (à vérifier) la seule aussi européenne, de la compagnie américaine AMC, totalement inconnue pour le profane français. Cette firme, dont les initiales signifient American Multi Cinema, est pourtant un poids lourd de l'exploitation cinématographique outre-atlantique, trustant la liste des cinémas les plus rentables d'Amérique du Nord, notamment grâce à son actionnaire principal, Mac Donald, que l'on retrouve bien sur dans la galerie marchande de Pôle Marine, véritable enclave américaine en Flandre maritime. Fondé en 1920, c'est seulement à l'orée du XXIème siècle que le groupe se lance dans l'exportation de son modèle, à l'instar du belge Bert et son kinépolis, chacun revendiquant même le certificat de baptême du modèle du multiplexe. Plus de dix ans après son ouverture, cet unique multiplexe américain de France n'a pas véritablement atteint ses objectifs d'être parmi les géants en terme de nombre de spectateurs en France, mais même aussi dans le Nord de la France. 1,4 millions de tickets vendus étaient prévus d'après les estimations lors de l'arrivée d'AMC. Aujourd'hui, l'AMC, non rentable, tient, avec près de 700.000 spectateurs annuels. Il résiste bien aussi grâce aux largesses fiscales de la mairie de Dunkerque qui souhaite absolument dynamiser leur centre commercial de centre-ville avec une locomotive telle qu'AMC. Alors qu'au départ le projet tablait sur 20 salles, l'AMC a été obligé d'en fermer 6 pour raisons économiques, concurrencé notamment par le Gaumont de la cité-Europe à Calais, cloisonné par la frontière linguistique flamande toute proche qui ne permet pas d'attirer la clientèle d'outre-Quiévrain, et freiné par la vitalité de certaines salles telles que le Fa-Mi-La de Bray-Dunes.


Site internet du complexe : http://www.amc20-dunkerque.com/


Fiche Wikipédia présentant le groupe AMC : http://fr.wikipedia.org/wiki/AMC_Theater

Vue Google StreetView du Pôle Marine : http://maps.google.fr/maps?hl=fr&ie=UTF8&q=dunkerque&fb=1&gl=fr&ei=Uf--S_TkF-LPjAe49KSMDw&ved=0CBYQpQY&view=map&geocode=FbS4CgMddEQkAA&split=0&hq=&hnear=Dunkerque,+Nord,+Nord-Pas-de-Calais&ll=51.033021,2.368636&spn=0.000471,0.001418&t=h&z=20&layer=c&cbll=51.032937,2.368743&panoid=6LAsnTH4FXOL_-y1lFbMRA&cbp=13,71.55,,0,5